Ambassadeur2b.jpg

Veronika WAND-DANIELSSON, Ambassadeur de Suède en France reçoit le prix de "L'Homme de la Filière 2019 "

Mme Veronika WAND-DANIELSSON reçoit aujourd'hui la distinction "d'Homme de la Filière Véhicules Industriels et Urbains 2019", décernée par la Fédération Française de Carrosserie. Pour la première fois, ce prix sera remis à une femme.

Chaque année, La FFC, sous l'impulsion de son Président, Patrick CHOLTON, distingue une personnalité s'étant illustrée dans le domaine des véhicules industriels et urbains.

Les mutations de la filière, largement entamées depuis 20 ans, consacrent un incontournable développement des énergies dites propres, face aux énergies fossiles. Dans ce contexte, la Suède fait figure de référence européenne, et de pionnière en matière d'électromobilité et d'autonomie pour les véhicules industriels.

Le 17 novembre 2017, la France s'est ainsi rapprochée de la Suède en élaborant un partenariat stratégique franco-suédois pour l'innovation et les technologies vertes, signé par le Président de la République Française et le Premier ministre suédois à Göteborg. Le même jour, sur le Salon SOLUTRANS, ce partenariat stratégique trouvait l'une de ses premières illustrations concrètes, puisque Mme Elisabeth BORNE, Ministre française chargée des Transports, M. Tomas ENEROTH, Ministre suédois chargé des Infrastructures, ainsi que Mme Veronika WAND-DANIELSSON ont présidé une table-ronde franco-suédoise de haut niveau intitulée : "Les véhicules autonomes - une solution pour les transports propres ?". Ce rendez-vous a réuni plusieurs acteurs industriels et institutionnels, tant côté français que suédois, s'exprimant sur la contribution que pouvaient apporter les véhicules autonomes industriels à la lutte contre le changement climatique.

Les pouvoirs publics français, en étroite relation avec le gouvernement suédois et l'Ambassade de Suède de France, ont ensuite très vite démarré leur collaboration.  Les échanges d’expériences et les initiatives communes en matière de sites-test, de projets liés à la conduite autonome et connectée des camions, ou encore d'électrification des voies se sont ainsi multipliés.

En tant qu'Ambas­sadeur de Suède en France, Mme Veronika WAND-DANIELSSON s'est donné pour mission de promouvoir auprès des entreprises suédoises, les atouts du marché français. Elle contribue ainsi au rayonnement européen et international de l'expertise des professionnels français du véhicule industriel et urbain.

La FFC souhaite aujourd'hui récompenser et honorer madame l'Ambassadeur de Suède, et salue son engagement à faire collaborer nos deux pays, dans le cadre de cette feuille de route particulièrement ambitieuse et porteuse pour notre industrie.

En 2019, la Suède est de nouveau invitée d'honneur du Salon SOLUTRANS, qui se tiendra du 19 au 23 novembre prochain. Le prix de l'Homme de la Filière du Véhicule Industriel et Urbain 2019 sera remis à Mme Veronika WAND-DANIELSSON lors du Diner de Gala du Salon, le mercredi 20 Novembre.

Bio Express:

Mme Veronika WAND-DANIELSSON est diplômée en sciences politiques de l’Université d’Uppsala en Suède. Elle est également diplômée de l’Institut des Sciences Politiques de Paris, et poursuit ses études de doctorat au département de Science Politiques de l'Université de Stockholm. Après un passage au Ministère des affaires étrangères suédois, puis à la Commission européenne à Bruxelles, elle est nommée Ministre-Conseiller, responsable de l'unité des relations extérieures à la Représentation permanente suédoise en 2003, avant de devenir Ambassadeur de la Suède auprès de l'OTAN en 2007. Depuis le 1er septembre 2014, elle est Ambassadeur de Suède en France et à Monaco.

Contact Presse:

Frédéric RICHARD – frederic.richard@ffc-carrosserie.org – 06 82 87 69 34


mobiweb.jpg

L'Emploi à l'honneur sur SOLUTRANS

Grande nouveauté de l’édition 2019, SOLUTRANS propose cette année un Forum Emploi, lieu unique de rencontre entre recruteurs et candidats de la filière.

Des experts du domaine de l’emploi, Pôle Emploi et Monster.fr, seront également présents afin de proposer aux jeunes souhaitant s’engager dans la  filière, l’opportunité de rencontrer des employeurs potentiels, et de proposer leur candidature. Mais le Forum propose également aux collaborateurs de la filière souhaitant faire évoluer leur parcours professionnel, la possibilité de se présenter et de candidater auprès d’entreprise. Enfin, les entreprises recherchant des forces vives, pourront y trouver différentes solutions et outils afin de les accompagner dans leur démarche.

Toutes les opérations en faveur de l'emploi développées sur SOLUTRANS, seront relayées pendant et après le Salon, sur le Journal LE PROGRES ainsi que sur C News.
Par ailleurs, à la faveur d'un partenariat avec Autoroute Info - 107,7, SOLUTRANS disposera également de 20 émissions réalisées en direct, sur lesquelles la Formation et l'Emploi disposeront d'une exposition maximum auprès de 11 millions d'auditeurs.

Plusieurs temps forts sont à prévoir

  • Lancement de l’OUTIL de recrutement en ligne MOBILI'JOB, dédié à la filière mis en place par la FFC, en collaboration avec Monster.

  • Organisation de JOB DATING par Pole Emploi

      Le mercredi 20/11 de 14h à 17h : les métiers du Transport et de la Logistique, en partenariat avec l'AFT
      Le jeudi 21/11 de 9h30 à 12h30 : orienté Constructeurs VI, Carrosserie –Construction et Pneumatique.

Contact pour inscription : dominique.petro@ffc-carrosserie.org

  •  Conférence sur l’Emploi le jeudi 21 novembre 2019 à de 14h à 15h :

« Evolutions métiers de la filière et leurs impacts sur les besoins en compétences »

  • Expérience de conduite de camion équipé d’un moteur à gaz lors de baptême organisé par l’AFTRAL et la FNTR.
      

Présence de partenaires clés

Pôle Emploi Auvergne-Rhône –Alpes 

Chefs d’entreprises et DRH, des conseillers entreprise Pôle emploi vous accueillent pour vous apporter conseil personnalisé dans le cadre de vos besoins en recrutements et mobiliser des services et dispositifs adaptés pour rechercher, sélectionner et préparer le candidat retenu au poste que vous proposez.

Candidats intéressés par un secteur qui offre de nombreuses opportunités d’emploi, Pôle emploi peut financer des actions de formation facilitant votre intégration.

Outre les informations pratiques et conseils délivrés sur le stand, les visiteurs auront la possibilité de découvrir des métiers du secteur en réalité virtuelle.

les conseillers et services en région

 

MONSTER

Monster Worldwide est un leader mondial de la mise en relation entre les personnes et les opportunités de carrière.

Depuis 25 ans, Monster s’emploie à transformer le secteur du recrutement. Aujourd’hui, le groupe s'appuie sur une technologie avancée utilisant des solutions digitales, sociales et mobiles intelligentes, dont son application innovante , et propose une vaste gamme de produits et services. 

Chaque jour, Monster participe à faire de chaque lieu de travail un espace plus heureux et plus productif en transformant la manière dont les recruteur(euse)s trouvent les meilleurs talents, quel que soit le secteur d’activité, et la manière dont les candidat(e)s font les bons choix de carrière. 

Chaque minute, 29 CV sont téléchargés sur nos sites, 7 900 offres d’emploi et 2 800 CV sont consultés.

 

Employeurs, candidats, jeunes élèves et apprentis de la filière, sont tous attendus…

Nous nous ferons un plaisir de vous accueillir et de vous guider.


de.jpg

FFC Experts vous accompagne dans votre démarche RGPD

FFC Experts continue de vous accompagner dans les évolutions législatives susceptibles d'impacter la gestion quotidienne de votre entreprise.
Dans ce contexte, nous avons identifié deux thèmes incontournables: le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) et le CSE (Comité Social et Economique).

Le RGPD

Ce nouveau règlement, applicable depuis mai 2018, impose aux entreprises une gouvernance des données personnelles de leurs clients et salariés et accroît les droits de ces derniers en leur donnant plus de maîtrise sur leurs données personnelles.
A partir du moment où vous employez du personnel salarié, quel qu'en soit le nombre, vous traitez des données personnelles et entrez donc dans le champ d'application du RGPD.
Cela implique notamment que vous devez - a minima - revoir votre gestion interne de traitement de données à caractère personnel de vos salariés, clients, fournisseurs, partenaires etc...

En cas de non-respect, une sanction financière peut être appliquée.

Le CSE:

Si votre effectif compte au moins 11 salariés et que vous avez atteint ce seuil pendant 12 mois consécutifs, votre entreprise devra obligatoirement être dotée d’un CSE au plus tard le 31 décembre 2019.
En pratique, cela signifie que vous devrez avoir organisé, avant le 1er janvier 2020, des élections professionnelles en ce sens.

Le CSE est, pour rappel, l'instance représentative unique qui remplace les délégués du personnel (DP), le comité d'entreprise (CE) et le CHSCT.
Le principe est que le CSE fait son entrée au terme des mandats en cours et, au plus tard, au 31 décembre 2019, peu importe que les mandats ne soient pas arrivés à leur terme.

Ainsi, dans les entreprises de moins de 50 salariés, le CSE assume les fonctions liées aux DP.
Dans les entreprises d’au moins 50 salariés, le CSE assume les fonctions liées aux DP, CE et CHSCT.

Sur ces deux nouveaux thèmes, FFC Experts vous propose - via Marie et notre plate-forme habituelle multi-experts - une consultation téléphonique gratuite et personnalisée.
L'objet de cette nouvelle campagne est ainsi de vous sensibiliser sur ces sujets devenus incontournables pour les entreprises.


Logo_OICAsolz.jpg

SOLUTRANS renforce sa dimension internationale en rejoignant L'OICA

Le salon SOLUTRANS, propriété de la FFC-Fédération Française de Carrosserie, vient d'être accrédité par l'OICA, Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles, et entre ainsi dans le cercle très fermé des manifestations reconnues dans plus de 35 pays à travers le Monde.

La FFC, propriétaire et organisateur du Salon, est heureuse et fière d'annoncer la toute récente entrée de SOLUTRANS parmi les manifestations de la Filière reconnues par les institutions mondiales de la Mobilité.

SOLUTRANS entre aujourd'hui au cœur du calendrier des manifestations accréditées par l'OICA, aux côtés des plus grands évènements mondiaux de l'Automobile et du Véhicule Industriel.

Après l'édition record de SOLUTRANS 2017, qui avait vu une croissance de plus de 45 % de visiteurs étrangers dans les allées du Salon, cette annonce concrétise tous les efforts menés pour faire de SOLUTRANS un évènement toujours plus tourné vers l'international.

Depuis plusieurs éditions, SOLUTRANS multiplie les initiatives pour se développer au plan mondial, et apporter à ses exposants et visiteurs l'offre la plus globale.

En 2019, la surface réservée par les exposants internationaux augmente de près de 50 %. Les 35 organisations professionnelles qui composent l'OICA à travers le monde ont su voir la performance de SOLUTRANS et accompagneront désormais la FFC dans le rayonnement à l'International du Salon.

 

A propos de l'OICA:

L'OICA, Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles, a été fondée en 1919 à Paris et est présidée par Christian PEUGEOT. Ses missions consistent à défendre les intérêts des constructeurs et importateurs de véhicules légers et lourds, regroupés au sein de leur fédération nationale. L'OICA représente l'industrie automobile et du véhicule industriel au niveau international, notamment auprès d'organismes intergouvernementaux et internationaux, diffuse et promeut les politiques et positions de l'industrie, auprès des organismes internationaux et du grand public.

OICA Members 2019
Argentina  Germany Russia
Australia (FCAI) India Serbia
Australia (TIC)  Indonesia South Africa
Austria Iran Spain
Belgium Italy Sweden
Brazil Japan Switzerland
China Kazakhstan Thailand
Croatia Korea (Republic of) Turkey
Denmark Netherlands Ukraine
European Union Norway United Kingdom
Finland Portugal USA (Auto Alliance)
France (CCFA)

France (FFC-C)

Romania USA (EMA - Heavy vehicles)

GTFM Vehicule electrique FFC PFA Avere

GTFM Véhicules industriels électriques, la 7ème réunion

Le livre blanc portant sur les conditions de développement d'une filière véhicules industriels et urbains électriques prend forme. Le projet, confié par la PFA à la FFC, élaboré par un groupe de travail filière métiers (GTFM), regroupe tous les acteurs les plus impliqués dans le développement de cet écosystème.

Patrick CHOLTON Président de la FFC et de SOLUTRANS, en compagnie de Jean-Marc LANGE Président du COFIT a ouvert cette 7ème réunion du GTFM Véhicules Industriels Electriques.

Patrick CHOLTON a débuté par un point d’étape sur le salon SOLUTRANS qui aura lieu du 19 au 23 novembre 2019. Puis il a rappelé que la réalisation du Livre Blanc est d’autant plus importante que nous espérons maintenant fortement pouvoir le remettre en mains propres au Président de la République Française lors de l’inauguration de SOLUTRANS le 19 novembre prochain. En effet, le salon vient d'être placé sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel MACRON.

Jean-Marc LANGE a pris la parole à son tour pour rappeler que la PFA pilote le CSFA (Contrat Stratégique de la Filière Automobile) dont le COFIT (Comité d’Orientation de la Filière Industrielle du Transport) qu’il préside, est issu depuis des années. A la demande de la PFA en accord avec le COFIT, le GTFM Véhicules Electriques Industriels et Urbains a été lancé en septembre 2018. Le livre blanc qui en sera l’issue sera remis aux pouvoirs publics lors de l’inauguration du salon SOLUTRANS le 19 novembre et se tiendra ce même jour, une conférence plénière qui permettra de le présenter au grand public.

Didier DUGRAND, délégué Général de la FFC a ajouté que loin d’être la fin, SOLUTRANS représente au contraire le début de carrière du livre blanc qui sera ensuite présenté aux collectivités, notamment en vue des municipales de 2020, car il sera porteur des préconisations de la filière, pour favoriser les conditions du développement des véhicules industriels et urbains électriques.

PRESENTATION DE L’OFFRE « VEHICULES ELECTRIQUES » (ALSTOM)

Monsieur Patrick DUPRAT a présenté l’offre d’Alstom concernant son e-bus APTIS, qui est une création et non la modification d’un véhicule existant, même s'il a toutefois bénéficié de l’expérience d’Alstom issue des tramways. 4 prototypes existent depuis 2 ans et le e-bus APTIS a déjà été vendu notamment à Strasbourg et Paris. Alstom a apporté de nombreuses innovations en termes de design et d’accessibilité à son véhicule. Ses particularités sont les 2 essieux directeurs, des roues aux extrémités du véhicule, permettant une meilleure exploitation de l'espace intérieur, les batteries positionnées sur le toit, un module de traction ainsi que le moteur, dérivés des technologies développées par Alstom sur le tramway… Enfin, la recharge se fait soit par prise "classique" (Combo2) ou par le sol (les batteries et le système câbles venant d’autres fournisseurs).

Puis les participants ont échangé sur le titre du futur livre blanc. La formule retenue est donc "L’Electricité pour la filière des véhicules industriels".

Quant au contenu de l'ouvrage, les orientations du livre blanc devraient comporter des développements sur les grandes thématiques suivantes. Le contexte et les objectifs de l'électrification, l'autonomie, la chaine de valeurs, les impacts, des témoignages, les perspectives long terme (à partir de 2030), ainsi que des réflexions sur la filière (expérimentation en France, aides à l'usage, suramortissement, aides à l’investissement sur les infrastructures..)


01. Glasurit_Nouveau Scarabee DOr.jpg

Le Scarabée d’Or enfin dévoilé…

C’est au Musée des Arts et Métiers que le Scarabée d’Or a été dévoilé dans toute sa splendeur. C’est grâce au travail acharné des étudiants et des lycéens, soutenus par les partenaires de l’Association "Des Voitures et des Hommes" que ce véhicule a pu être reconstruit à l’identique.

La Citroën B2 10 HP modèle K1 fut la première voiture à traverser le Sahara en décembre 1922. Voici, en quelques chiffres, le résumé de ces quatre dernières années de travail :

  • · 160 étudiants et lycées
  • · 40 professeurs et « encadrants »
  • · 50 000 heures de travail
  • · 71 500 kg de métaux
  • · 130 000 € de budget
  • · 25 000 € de frais
  • · 55 000 € de temps offert par les mécènes
  • · 5 000 km parcourus
  • · 11 sites de productions français.

C’est devant un parterre de personnalités et de journalistes que le Scarabée d’Or a été dévoilé. Et parmi les partenaires du projet était présent Glasurit (Marque premium du groupe BASF) grâce à qui le Scarabée d’Or a retrouvé sa superbe robe d’antan. Etaient également présents : Le Musée des Arts et Métiers, Ensam, Le Lycée Château Epluches, Citroën, Silveo…

Glasurit, un partenaire clé dans la restauration de cette merveille !

La technologie de Glasurit a en effet permis de retrouver la peinture et la teinte d’origine du véhicule à partir de traces trouvées sur des éléments cachés et préservés de la carrosserie du Scarabée d’Or de 1922. Le véhicule était d’un blanc qui tirait légèrement sur un vert d’eau. Glasurit a recréé la teinte et les élèves du lycée professionnel Château d’Epluches l’ont appliquée. Il s’agit d’un système de peinture composé de deux couches. La sous couche est réalisée dans le coloris de finition sur une base chimique de type "ester d’époxy, acrylique uréthane", ce qui permet d’obtenir les caractéristiques suivantes :

  • · Une excellente adhérence directe sur les supports en acier
  • · Un fort pouvoir garnissant pour combler les marques de grenaille
  • · Une très bonne protection anticorrosion
  • · Une protection anti-gravillonnage - nécessaire pour le châssis

Cette sous-couche a ensuite été recouverte d’une couche de finition de type acrylique uréthane, qui apporte :

  • · Une couleur et un brillant conformes aux valeurs d’origine
  • · Une uniformité d’aspect avec les autres éléments de carrosserie
  • · Une protection contre les UV et les intempéries durables

Glasurit a également "formé" certains étudiants de l’Ecole d’Art Mural de Versailles aux techniques les plus élaborées de mise en peinture au Refinish Competence Center de Montataire. Tandis que d’autres se sont entrainés pour réaliser à main levée le logo du Scarabée d’Or, un exercice très difficile quand on sait, qu’in fine, ils n’auront droit qu’à un seul essai sur le véhicule.

 

Lors de son intervention, Erwan Baudimant, Responsable du département des Ventes Peintures de Réparations Automobiles France et Afrique du Nord – BASF France Division Coatings, a déclaré : "Glasurit est fière d’avoir pu participer à ce projet d’une envergure exceptionnelle. Grâce à l’association ‟Des voitures et des Hommes”, nous avons pu contribuer à la sauvegarde du patrimoine français, au côté de partenaires prestigieux. Ce projet a fédéré un grand nombre de professionnels, dont nous partageons les valeurs. Et puis, c’est aussi grâce à Scarabée d’Or que nous avons pu intégrer un nouveau coloris dans notre base de données Classic Car Colors, le ‟Blanc Sahara”".


Page6 Formationqef.jpg

40 000 emplois à pourvoir dans la Filière VI-VU

Parmi les secteurs qui affichent un fort développement, le Véhicule Industriel et Urbain tient une place de premier choix. Tous les acteurs de la Filière lancent des campagnes massives de recrutement, à tous les niveaux de leurs activités.

La FFC, fidèle à sa mission et forte de ses travaux et partenariats avec les Chambres de Commerce et d'Industrie, les régions de France, Pôle Emploi et Monster, soutient toutes les initiatives destinées à assurer la pérennité des entreprises.

Au cœur de la filière VI-VU, près de 4 000 entreprises regroupent plus de 23 000 collaborateurs, pour environ 5 000 jeunes en formation chaque année, tant dans le secteur du commerce que de la réparation des véhicules. Ce vaste secteur rassemble les entreprises qui conçoivent, vendent et entretiennent les camions, bus et cars, véhicules utilitaires légers, affiliés ou non aux constructeurs, puisque les problématiques d'emploi dépassent aujourd'hui largement les clivages concurrentiels.

Recrutements à tous les niveaux

Et la Filière ne manque pas d'ouvertures. Ses métiers peuvent s'exercer dans différents secteurs : entreprises de transport, garages spécialisés dans la maintenance de véhicules industriels, concessionnaires, constructeurs de poids lourds, d'autocars ou d'autobus. On parle même d'au moins 40 000 emplois à pourvoir chez les constructeurs VI, DAF, MAN, Iveco, Mercedes-Benz Trucks, Scania, Renault Trucks, Volvo Trucks. Mais également chez les équipementiers, carrossiers…, qui ne manquent pas non plus d'atouts pour séduire les futures forces vives de leurs métiers, en raison de l'importante croissance de la demande, trop peu anticipée en France. D'autre part, la reprise récente des ventes de véhicules s’est traduite par une croissance des entrées ateliers sur le marché de l’après-vente. On notera également un regain d'intérêt pour les métiers du service, en raison de l’évolution de la nature des interventions (pannes moins fréquentes mais plus complexes avec souvent plus d'électronique et moins de mécanique).

Des nouveaux métiers qui dépoussièrent la Filière

Contrairement à une idée très largement répandue, les innovations technologiques apparaissent bien souvent dans le Véhicule Industriel bien avant le véhicule particulier. En cause, les obligations réglementaires auxquelles doivent se soumettre les constructeurs VI. Intégrer la Filière VI-VU revient à faire carrière dans un secteur à la pointe de l'innovation.

Par exemple, les camions peuvent, dès aujourd’hui, être diagnostiqués à distance via des capteurs permettant de suivre l’évolution de certains éléments (freins, huiles, batteries, cartouche d’air, pneus, dispositifs de dépollution). Grâce à la connectivité et à la télématique, ces données techniques sont transmises aux services après-vente (SAV) via des serveurs informatiques. L’exploitation des données exige des compétences à la fois techniques, informatiques mais aussi commerciales afin de relancer ou capter le client pour indiquer les recommandations émises par le système ou juger de l’urgence de la réparation.

Rejoindre la Filière du Véhicule Industriel et Urbain, c'est aussi la promesse d'embrasser une carrière excitante, au sein d'entreprises prestigieuses, dynamiques, puissantes et en prise avec les grands enjeux sociétaux actuels. L'avènement des nouvelles technologies, leur développement, mais également l'avenir du mix énergétique et la place que prendront l'électricité, le gaz, le diesel, l'hydrogène…, l'impact des réglementations et les moyens d'y répondre de la meilleure manière, l'échiquier concurrentiel, la mise en place des ZFE (Zones à Faibles Emissions) …, autant de sujets à appréhender pour les futures forces vives de de la Filière, qui devront faire preuve d'ouverture et de polyvalence.

Nombreux débouchés

Choisir la Filière du Véhicule Industriel et Urbain, c'est choisir une Filière sans chômage ! 75% des apprentis de la Filière Véhicules Industriels trouvent un emploi moins de sept mois après la fin de leur formation. Les besoins en recrutement portent particulièrement sur les profils de techniciens car le développement exponentiel des technologies sur les camions accroît la nécessité de disposer de leurs compétences en matière de diagnostic et d’électronique. En conséquence, pour attirer ou fidéliser la main d’œuvre, les entreprises n'hésitent pas à pratiquer des rémunérations supérieures au prix du marché, parfois de près de 25 %. Certaines choisissent également, dans une logique d’anticipation, de développer des actions de formation destinées aux jeunes, à des publics en reconversion ou aux salariés en poste (requalification au niveau CQP Technicien Confirmé).

Evolution des métiers

Alors qu'il y a quelques années, les métiers du Véhicule Industriel étaient plutôt cloisonnés, les barrières ont peu à peu disparu, au rythme des évolutions du marché. Par exemple, les professionnels de l’entretien et de la réparation de VI ont réorganisé leurs activités et réintègrent des activités auparavant sous-traitées comme la préparation au contrôle technique, la prestation pneus, la carrosserie, le vitrage, etc.). Mais également en diversifiant leurs activités (VUL, location, prestation de formation à l’écoconduite hors vente de véhicule, etc.). La réception active ou dynamique, qui consiste à réaliser un premier état des lieux du véhicule en présence du client et avec une tablette, afin d’optimiser le flux d’entrées atelier (automatisation de l’édition d’ordres de réparation, de factures et de la commande de pièces) fait aussi partie de ces nouvelles activités qui démontrent la technicité des métiers, mais également le dynamisme des acteurs et surtout l'attrait de toute une Filière.

Parce que l'emploi et la pérennité de la Filière constituent des enjeux majeurs pour la FFC, nous travaillons au quotidien à offrir les meilleurs outils de formation et de recherche d'emploi. Nous vous invitons à venir consulter l'ensemble des offres de la Filière en direct sur SOLUTRANS, sur notre Forum EMPLOI.


edf.png

Engie et EDF, quelles différences ?

Aujourd'hui, Opéra Energie, Partenaire FFC dans le courtage en énergie, nous explique qu'EDF n’est pas et n’a jamais été Engie, (ex GDF et GDF SUEZ). Si elles ont toujours été distinctes l’une de l’autre, Engie et EDF ont néanmoins longtemps été des entreprises complémentaires… En revanche, aujourd'hui, Engie et EDF sont deux fournisseurs concurrents de gaz et d’électricité. Les éclaircissements de Jean-Sébastien DEGOUVE, Président d'Opéra Energie.

Pourquoi confond-on Engie et EDF ?

 L’amalgame est répandu et s’explique aisément : il fut une très longue période où les deux fournisseurs étaient seuls acteurs du marché de l’énergie en France, chacun dans un secteur spécifique.

A EDF, le monopole de la production, du transport et de la distribution de l’électricité, tandis qu'Engie (ex-GDF-Gaz de France -puis GDF SUEZ) exploitait le monopole du gaz.
En outre, EDF et GDF partageaient certains services : EDF GDF Distribution. Bien que n’ayant pas d’identité juridique propre, et n’ayant pas le statut de filiale, EDF GDF Distribution appartenait aussi bien au groupe EDF qu’au groupe Gaz de France qui en partageaient la direction et les équipes.

Cette mainmise sur l’énergie aura duré plus de 50 ans, de la fin de la seconde guerre mondiale à l’orée des années 2000 :  aujourd’hui, il est plus que temps de mettre à bas un demi-siècle d’idées reçues et de rappeler que Engie est bien différent d’EDF !

Qu’est-ce qui distingue Engie de EDF ?

Avec l’ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie, EDF comme Engie ont dû filialiser leurs activités de gestion de transport et de distribution pour se recentrer sur leurs seules activités de fourniture d’énergie.

Depuis le 1er janvier 2008, les activités d’EDF Gaz de France Distribution sont transférées dans deux entités : Électricité Réseau Distribution France (ERDF, devenu Enedis le 31 mai 2016, filiale du groupe Électricité de France) et Gaz Réseau Distribution France (GRDF, filiale du groupe Gaz de France devenu Engie en avril 2015).

De leurs statuts de fournisseurs historiques, il subsiste une trace : exception faite des ELD (entreprises locales de distribution), seul EDF peut commercialiser de l’électricité aux tarifs réglementés, comme seul Engie peut commercialiser du gaz aux tarifs réglementés. Rappelons que les tarifs réglementés sont des tarifs fixés par les pouvoirs publics, à la baisse comme à la hausse, au contraire des tarifs dits de marché, qui sont fixés librement par contrat.

Cependant, libéralisation du marché de l’énergie oblige, EDF propose désormais des offres d’électricité à prix marché ainsi que des offres alternatives de gaz, à combiner ou non. De même, Engie a développé ses propres contrats de fourniture de gaz comme d’électricité à prix marché.

Pour résumer, EDF ne veut plus systématiquement dire électricité et, a contrario, Engie n’implique plus forcément de fourniture de gaz.


GAILLARD.jpg

Trois nouveaux adhérents pour la FFC Equipementiers

La FFC Equipementiers confirme son dynamisme en 2019, en accueillant trois très belles entreprises. SCHEIBER, spécialiste de l'électronique embarquée, TEXA, célèbre pour son offre dans le diagnostic Poids Lourd et enfin les établissements GAILLARD, qui œuvrent dans la location de véhicules industriels de tous ordres.

Bien entendu, chacune de ces entreprises fera l'objet d'une présentation plus large lors des prochains numéros du magazine Carrosserie, dans le cadre d'un reportage ou d'un entretien de son dirigeant. Mais voici dès maintenant les éléments les plus importants à retenir.

SCHEIBER est un équipementier spécialisé dans la conception et la fabrication de matériel électrique autonome embarqué. Créée en 1965, l'entreprise a débuté par la fabrication de transformateurs pour les grands noms de l’électroménager tels Thomson, Arthur Martin, Electrolux, …

Au cours des années 80, SCHEIBER prend le virage de l'électronique avec les premiers chargeurs de batteries, groupes de secours et convertisseurs. Les marchés adressés s'ouvrent progressivement aux véhicules de loisirs et aux carrossiers constructeurs, qui plébiscitent SCHEIBER pour la qualité de ses produits. Aujourd'hui, la société innove dans plusieurs secteurs : nautisme, véhicules de loisir, habitat et automobile. SCHEIBER intègre le process complet de sa production, et maitrise à ce titre le développement (bureau d'études), la fabrication, l’assemblage et le contrôle de ses produits. Afin d'assurer un suivi permanent de la qualité et des coûts.

De son côté, la société GAILLARD présente deux activités, la location de porteurs, camions remorques, véhicules articulés et autocars, ainsi que la transformation de véhicules. Une extension de l'activité initiale, suite à la demande des centres de formations et auto-écoles qui ont des besoins certes en location, mais également en aménagement ou achat de véhicules équipés auto-école jusqu'à 6 places assises. C'est notamment cette dernière activité qui justifie son adhésion au sein de la FFC Equipementiers.

GAILLARD transforme aujourd'hui toutes les marques de véhicules mis en circulation avant le 20 octobre 2007 en cabine approfondie 6 places assises (véhicule école). Ce qui comprend la réalisation et le montage d'une banquette 4 places avec ceintures de sécurité ventrales à la place de la couchette, le montage des doubles commandes accélérateur, l'embrayage, le freinage, l'accélérateur, la pose des panneaux véhicule école à l'avant et arrière du véhicule. GAILLARD peut s'enorgueillir de respecter les cahiers des charges spécifiques aux différentes formations permis, titres professionnels, FIMO, FCO.

TEXA, l'après-vente des véhicules industriels en ADN

Enfin, le dernier arrivant est la société italienne TEXA. Fondée en 1992, TEXA se positionne aujourd'hui comme l'un des leaders mondiaux dans la conception, l'industrialisation et la fabrication d'outils de diagnostic multimarques, analyseurs de gaz d'échappement, stations de climatisation et dispositifs pour le télédiagnostic, destinés aux voitures, motos, camions, embarcations et engins agricoles.

La nouvelle usine TEXA, inaugurée en 2012 et qui s'étend sur une superficie de plus de 100 000 m2, dont 30 000 m2 couverts, est un véritable monument érigé contre la délocalisation et la dépersonnalisation du travail, avec des lieux de travail ultramodernes alternant avec des espaces de rencontres et d'échanges fortement ancrés dans la tradition locale.


DSC_0252de.jpg

Le GTFM Véhicules Électriques poursuit sa route

La quatrième et la cinquième réunion du GTFM se sont tenues en décembre et janvier dernier. Au menu, les résultats de deux études, et la poursuite des présentations des offres des participants en termes de véhicules, batteries et chargeurs.

La quatrième réunion du GTFM Véhicules électriques, le 12 décembre dernier, a débuté par une présentation de Madame Sarah CHAUDEURGE, Adjointe à la cheffe du bureau des véhicules lourds de la DGEC, portant sur le cadre règlementaire de la réduction des émissions polluantes et CO2 des véhicules lourds.

Il ressort que, dans le cadre de l’objectif de "verdissement" des flottes de véhicules lourds, un projet de règlement européen était en cours de négociation au moment de la réunion du GTFM VE, concernant la surveillance des émissions et les modalités de transmission des données. La position française est en accord avec les objectifs de réduction de 15 % en 2025 et de 35 % en 2030 (1).

Puis Eric PONCET de la société IVECO a présenté l’offre véhicules électriques de la marque, avant de laisser la parole à Sophie TRICAUD de la société FORSEE POWER qui a décrit l'activité de son entreprise, sur les batteries pour VE. Le constructeur français propose les 3 types de technologie permettant de couvrir les différents profils d’exploitation. Des solutions de financement sont également proposées en partenariat avec la Caisse des dépôts.

Lors de la 5ème réunion du 15 janvier, la PFA (Plateforme de la Filière Automobile et Mobilités), a présenté une étude sur "l'évolution du mix technologique et des émissions de CO2 des VI à horizon 2035". Cette étude a été réalisée par le BIPE, et s’inscrit dans le développement de l’électromobilité qui est l'un des 4 axes le cadre du contrat stratégique de filière, signé en mai 2018 par l’Etat et la PFA.

L’étude aborde plus précisément les coûts d’usage, ainsi que les intentions du marché, en fonction des types de motorisation (16 types pour les VL et 9 pour les PL). Deux facteurs clés ressortent : le renforcement des normes sur le diesel va très significativement accroître son coût d’utilisation d'une part, tandis que le coût des batteries va très sensiblement diminuer en raison de l’accroissement des volumes. L’étude confirme entre autres la pertinence économique de l’énergie électrique à horizon 2020-2021 pour les autobus et les véhicules de livraison urbaine.

Puis Georges LANES (DAF) a présenté la gamme véhicules électriques de la marque et  ses trois principales solutions : un porteur 19T de 270 CV, batterie 220 kWh et 220 km d’autonomie en électrique pur (recharge complète lente en 8H environ et surcharge batteries de 1.5 T) ; Un tracteur PTRA 37T, 290 CV, batterie de 170 kWh et 100 km d’autonomie (recharge rapide : 80% en 30 mn de charge et complète en 1h30, surcharge batteries de 2.5 T) ; Un tracteur PTRA 44T hybride technologie ZF, plug-in avec moteur diésel de 450 CV + moteur électrique de 180 CV, batterie lithium-ion de 85 kWh et autonomie en électrique pur de 30 à 50 km (recharge rapide à 80% en 20 mn et complète en 30 mn, surcharge batteries de 2.5 T).

A son tour, Alexandre DESNEUX a présenté l’offre "batteries" de BLUE SOLUTIONS, qui propose principalement une batterie solide plastique polymère avec absence de cobalt et de terres rares. BOLLORE apporte par ailleurs une garantie à l’utilisateur sur l’autonomie des batteries en fonction du type d’usage.

Enfin, c'est Eric MURET qui a présenté l’offre "chargeurs" de la société ABB. La capacité des batteries en augmentation permanente permet de prévoir qu’en 2020-2021, l’autonomie sera de 400 km pour 70 kWh. Ainsi, ABB développe différentes solutions comme le chargeur embarqué sur le véhicule, ou encore l’infrastructure de recharge partagée entre différents véhicules.

Les participants se sont quittés sur la mise à disposition d’une plateforme informatique accessible sur internet avec leurs éléments d’accès personnalisés, leur permettant à tous, d’apporter leur contribution rédactionnelle en vue de l’élaboration du livre blanc. A ce jour, une vingtaine de participants y ont un accès validé.

(1) Pour information, ce projet a depuis la réunion, fait l’objet de la signature du RÈGLEMENT D'EXÉCUTION (UE) 2018/2042 DE LA COMMISSION le 18 décembre 2018, modifiant le règlement d'exécution (UE) 2017/1152 afin de clarifier les conditions d'essai WLTP et d'assurer la surveillance des données de la réception par type.