Information FFC CONSTRUCTEURS - Autoradio - Radio numérique terrestre (RNT) – Obligation fin d'année 2020

Attention lors de la livraison d’un véhicule neuf possédant un autoradio à ne pas vous mettre hors la loi.

La loi relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur imposait au 21 juin (jour de la fête de la musique) la mise sur le marché d’appareil compatible DAB / DAB+.

Ceci intègre les terminaux équipant les véhicules automobiles.

En date du 19 décembre 2018 le CSA a annoncé que le niveau de couverture de la diffusion des services de radio par voie hertzienne en mode numérique en France avait franchi le seuil des 20%.

Ce taux de couverture minimum atteint fin 2018 a déclenché un calendrier d’obligation du coté des fabricants de récepteurs.

Les véhicules automobiles équipé de récepteurs radio font partie du plan de déploiement, ainsi c’était 18 mois après le seuil franchi des 20% que les véhicules neufs devaient être livrés conformes.

Cependant, des dispositions particulières ont été arrêté le 17 juin 2020 par une loi relative à diverses dispositions liées à la crise sanitaire et le délai d’équipement des véhicules est porté à 2 ans donc cela sera pour la fin d’année 2020.

Une échéance à retenir pour vos futures livraisons de véhicules en fin d’année.

En quoi consiste le DAB+ ?

Il s’agit de la diffusion de la radio par voies numériques, c’est le même type de mutation que la TNT il y a quelques années mais pour la radio.

Les bénéfices de format de diffusion sont multiples tant pour les auditeurs que pour les radios elles-mêmes.

La radio numérique terrestre sous technologie DAB+ offre un son de meilleure qualité et permet une bien meilleure continuité d’écoute en voiture. La diffusion sur les principaux axes routiers permettra d’écouter la radio sans interruption sur de longues distances.

Le DAB+ permettra l’arrivée de nouvelles stations et contribue à renforcer la diversité de l’offre avec de nouveaux formats. Le DAB+, c’est également la capacité d’enrichir le flux audio avec des données visuelles numériques.

Ce nouveau format vient compléter la FM qui ne stoppera pas les diffusions cependant nous pouvons peut-être nous attendre à une fin de la Modulation de Fréquence à moyen ou long terme comme la télévision en VHF/UHF a disparu il y a quelques années.

 

La France est a la traine dans ce format de diffusion, certains pays voisins ont déjà imposé cette norme DAB+. La Norvège a désactivé la FM il y a 2 ans au profit du DAB+. La Suisse, le Royaume Uni ont déjà établi ce standard avec 90% des voitures neuves qui possèdent ce type d’équipement.

Concernant la diffusion d’émission de vos radios, elles ont déjà commencé, reste à vérifier si vous êtes dans une région ou la RNT (version française de DAB+) est déjà déployée.

A la fin de l’année, tous les véhicules neufs prétendront à une radio plus complète et plus riche mais avec cette échéance pour les constructeurs et carrossiers qui vont devoir gérer les fins de stock.

J. GILLET


Tribune Libre de Patrick CHOLTON, président de la FFC

Faire face au COVID-19, c'est aussi un état d'esprit !

Tandis que les pouvoirs publics multiplient les annonces, anxiogènes pour certaines, la FFC – Fédération Française de Carrosserie, veut délivrer un message d’optimisme.

La Fédération réaffirme que l’économie doit et peut reprendre son cours normal, en dépit de la situation. D’évidence, l’ensemble des règles sanitaires, de distanciation, de port du masque etc. doivent être respectées et encouragées, mais il ne faut pas céder à la facilité de l’attentisme.

Les aides proposées par l’État aux entreprises, ne constituent pas une fin en soi et ne sauraient pallier durablement la frilosité d’entreprendre. Nous devons tous prendre conscience que c’est maintenant que se joue non pas la reprise, mais la survie de nombreuses entreprises. Car l’économie reprend ses droits un peu partout en Europe, et l’Italie, l’Allemagne, la Suède…, redémarrent fort et risquent de profondément modifier le paysage business de nos activités.

Au siège de la FFC, les protocoles sanitaires sont en tous points respectés, nous allons même au-delà. Cela pour permettre à tous nos salariés de reprendre le travail sans risque, tel que le préconise le gouvernement. A ce titre, notre activité de soutien quotidien aux adhérents s’est maintenue, sans aucune interruption, ni baisse d’intensité, depuis le mois de mars.

Depuis la rentrée de septembre, l’ensemble du personnel dédié à l’organisation des prochains évènements de la FFC (Rencontres de la Filière et SOLUTRANS) ainsi que nos partenaires, se mobilisent pour la réussite de ces évènements, en dépit des restrictions. Les deux manifestations auront donc bien lieu, dans le respect le plus strict du protocole sanitaire.

Le 17 novembre prochain, les Rencontres de la Filière vont accueillir près de 300 personnes le temps d’une journée, pour la seule manifestation européenne de l’année, dans notre secteur. Nous sommes fiers de tenir dans ce contexte, cette année encore, le plus grand rassemblement de véhicules industriels « nouvelles énergies », avec la présence de tous les constructeurs VI.

Et alors même que la FFC refuse de céder à l’immobilisme, ce sont les pouvoirs publics qui semblent nous emboiter le pas, avec un soutien récent et officiel au secteur de l’évènementiel. Jean Baptiste LEMOYNE, secrétaire d’État chargé du Tourisme, vient de s’exprimer en faveur de la tenue d’évènements à destination d’une « clientèle d’affaires ». Cela prouve bien que la reprise d’un climat d’affaires à très court terme, est aujourd’hui primordiale pour le gouvernement. Notre filière doit montrer que ce message porte, au-delà des Salons, Foires et Séminaires. Comme nous le faisons depuis maintenant 7 mois, respectons scrupuleusement les protocoles sanitaires et poursuivons les efforts initiés par notre filière avant la crise du COVID-19 !


EQUIP AUTO SE TIENDRA DU 18 AU 22 OCTOBRE 2022

EQUIP AUTO SE TIENDRA DU 18 AU 22 OCTOBRE 2022

La prochaine édition du salon EQUIP AUTO s’installera du 18 au 22 octobre 2022 dans les halls 1, 2.2 et 3 du Parc des expositions de Paris Porte de Versailles. L’évènement de l’après-vente et des services à la mobilité connectée conserve son rythme biennal et s’inscrit désormais dans un nouveau calendrier, à l’automne, les années paires.

Après avoir conclu en septembre dernier que la situation sanitaire et économique incertaine n’était pas propice à la tenue du salon EQUIP AUTO en 2021, la FIEV propriétaire d’EQUIP AUTO et ses partenaires, la FFC et le groupe Comexposium, ont conclu un accord avec le Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles pour organiser l’évènement pendant 5 jours, du 18 au 22 octobre 2022.

Comme la précédente édition réussie en 2019, le salon EQUIP AUTO 2020 occupera près de 100 000 m² de surface d’exposition au travers des halls 1, 2.2. et 3.

En parfaite cohérence avec son nouvel engagement auprès des professionnels « Dessinons l’avenir de l’Automotive », EQUIP AUTO réunira les acteurs de la chaine de valeur automobile élargie aux nouveaux acteurs liés à la mobilité connectée. 

Rendez-vous du 18 au 22 Octobre 2022 à Paris Expo Porte de Versailles


La FFC soutient l'association Sport & Collection

La FFC soutient l'association Sport & Collection, et participe à l'évènement "500 Ferrari contre le cancer"

Joindre l’utile à l’agréable… Lorsque l’occasion de participer à l’évènement Sport & Collection s’est présentée, Patrick CHOLTON, président de la FFC, n’a pas réfléchi longtemps avant de s’inscrire dans une démarche de soutien pour cette belle cause

Pour comprendre l’essence même de cette manifestation si atypique, il faut commencer par vous en raconter l’histoire. A l’origine, il y a un homme, Jean Pierre DOURY, avocat à Poitiers (86), qui crée l’Association Sport & Collection au milieu des années 90, avec le soutien du Rotary Club Local. Cela pour organiser l’évènement « 500 Ferrari contre le cancer », qui ne cesse de prendre de l’ampleur depuis 26 ans.

En effet, cela fait près de 30 années qu’une armée de bénévoles parviennent à réunir des Ferrari et autres bolides une fois par an sur le circuit du Val de Vienne (86), entre Poitiers Limoges. Cela pour réunir un maximum de fonds pour la recherche contre le cancer dans le CHU de Poitiers. Mais ne vous y trompez pas, la résonnance de Sport & Collection dépasse largement le cadre régional ! Les plus belles sportives du globe déboulent de tout le pays, voire d’Europe, même si cette année, le contexte sanitaire a freiné les ardeurs de nos collectionneurs et pilotes anglais, notamment.

Le concept ? Réunir en un lieu unique un maximum de propriétaires de Supercars durant un weekend, et leur permettre de rouler avec leurs bolides sur circuit, aux côtés de voitures de courses mythiques et de pilotes célèbres. Le résultat ? la présence de plus de 500 Ferrari de toutes les époques, mais également l’usine Lamborghini avec des véhicules inédits, les Matra F1 et 650 en roulage, avec Monsieur PESCAROLO au volant, des Formule 1 modernes, une inédite Ferrari Monza SP2… Inutile de dire que pour organiser les séances de roulage sur piste, il a fallu établir un planning très strict. Les créneaux, de 20 minutes chacun, étaient répartis entre les Ferrari modernes, les voitures de course Le Mans (1960/1966), les Ferrari du groupe Pozzi, les Le Mans GT Racing, les F1 et monoplaces, les GT modernes toutes marques, et les les GT « light ». Cette alternance permettant de rompre la monotonie inhérente aux courses automobile pour les moins passionnés.

Le spectacle aussi dans les paddocks

D’autant que derrière la piste, le spectacle se jouait aussi dans les paddocks, où gentlemen drivers et professionnels se côtoyaient pour présenter des pépites où la rareté le disputait à la valeur historique.

Tandis que le spectateur s’éloignait du feulement des V12, du hurlement des V10 et du grondement plus sourd des V8 américains, il s’offrait un régal pour les yeux. La rarissime Lamborghini Miura rouge de Jean TODT himself, plusieurs F40 flambantes, les belles du musée Matra, dont la célèbre F1 MS80 avec laquelle Jackie STEWART gagna remporta le championnat du Monde en 1969… Moins prestigieuse mais tout aussi rare, une SM2A elle aussi unique, a attiré les regards. Les Urus, Uracan et Aventador de l’usine Lamborghini montraient quant à elles toute l’expertise du constructeur italien, mêlée au dynamisme commercial de son illustre possesseur, le groupe Volkswagen, bien sûr.

Et comme l’objet de la manifestation consiste à faire rêver les spectateurs, Jean Pierre DOURY, président de l’Association organisatrice, qui avait déjà réussi l’exploit de maintenir la tenue de l’évènement malgré le protocole sanitaire, est parvenu à un exploit supplémentaire. Pour la plus grande joie des 5 000 chanceux ayant eu accès aux paddocks, l’armée de l’air avait déployé son équipe de voltige pour des démonstrations hautes en couleurs tout au long du weekend. Vrilles et loopings au programme, suivis du vacarme absolument terrifiant des postcombustions de deux avions Rafales, eux aussi venus démontrer leurs capacités dans le ciel du Vigeant. Sincèrement, le spectacle était clairement au rendez-vous, sur la piste, le parking ou dans les airs.

Sport & Collection a donc fait rêver ses visiteurs, une fois de plus, avec une finalité double, celle de faire plaisir bien entendu, mais également de générer un maximum de dons pour accompagner la lutte contre le cancer. Pour ce faire, le système est bien rodé. Les possesseurs de véhicules paient un engagement en fonction des jours de présence et selon qu’ils veulent exposer leur véhicule et/ou le faire rouler en piste. Puis, ils sont incités à proposer des baptêmes de piste, dont les bénéfices sont reversés à l’Association. Concrètement, du vendredi au samedi, des plages horaires sont régulièrement réservées aux baptêmes pour les visiteurs. Le fonctionnement est simple et efficace : en bout de ligne droite des stands, les bénévoles de l’Association encaissent 35 euros par personne, tandis que les candidats se dirigent vers l’une des (très) nombreuses voitures que les propriétaires sont heureux de faire découvrir durant deux tours sur les chapeaux de roue. Bien entendu, plusieurs formules étaient disponibles, de la GT moderne à la Supercar, en passant par les Ligier prototype habituellement utilisées pour les stages de pilotage sur le circuit du Val de Vienne. Un dispositif parachevé par une grande soirée de gala, qui elle aussi, a pour objectif de récolter des fonds pour l’Association. Depuis 26 ans, Sport & Collection est ainsi parvenue à récolter près de 5 millions d’euros, qui ont servi à financer de nombreux projets.

Pour sa part, la FFC disposait d’une loge privée juste au-dessus sur la ligne droite des stands, précisément au-dessus des Matra de compétition des années 70. Une place de choix pour profiter des départs réguliers de « PESCA », bon pied bon œil malgré ses 77 printemps, au volant de ces voitures absolument mythiques. La FFC et son président, Patrick CHOLTON, avaient ainsi convié de nombreux partenaires et exposants de SOLUTRANS ou d’EQUIP AUTO, pour les remercier de leur fidélité. Dans un cadre convivial, plus de 100 personnes ont ainsi pu assister à la manifestation, se restaurer durant les trois jours, et se rafraichir le temps d’une pause salvatrice, puisque la température du week-end avoisinait les 35 degrés ! Les invités, accueillis sur place par Didier DUGRAND, délégué Général de la FFC et Mario FIEMS, directeur du Salon SOLUTRANS pour le compte de la FFC, sont repartis conquis par l’évènement, et s’en souviendront longtemps. Gageons même qu’ils reviendront pour la 27ème édition, en juin prochain.

L’association organisatrice

Créé en 1995, Sport & Collection « 500 Ferrari contre le cancer » est un évènement humanitaire organisé par des bénévoles au profit de la recherche contre le cancer du CHU de Poitiers. L’évènement accueillait initialement les passionnés de Ferrari, mais la manifestation s’est rapidement élargie à toutes les marques de voitures de sport et de prestige, et de toutes les époques. Au point de réunir désormais une fois par an plus de 500 véhicules sur le Circuit du Val de Vienne.

Jean Pierre DOURY, président de l’Association Sport & Collection et passionné d’Automobile, fédère aujourd’hui plus de 100 bénévoles, et plus de 250 lors des weekends de l’évènement c’est plus de 250 bénévoles qui œuvrent pour la cause.

Le weekend Sport&Collection en vidéo


La FFC Mobilité reçue par la FFA à Nice

La FFC Mobilité reçue par la FFA à Nice

Dans le cadre de sa réunion de bureau bimestrielle, les membres du bureau de la FFC Mobilité Réparation et Services ont été invités par Claude ALZINA, le Président de la Fédération Française de l’Automobile, adhérent à la FFC.

Patrick NARDOU, Président de la FFC Mobilité Réparation et Services, ainsi que les Présidents des régions FFC de toute la France ont débattu en présentiel pour la première fois depuis le confinement. Le niveau de l’activité des carrosseries, les relations avec les experts automobiles, la cession de créance et les adhésions massives des réseaux de vitrage ont été à l’ordre du jour de cette première journée particulièrement riche en échanges.

Le lendemain, Karim MEGROUS, Président du SEAI  (Syndicat des Experts Indépendants) a présenté son organisation et proposé ses services aux carrossiers et vitreurs rencontrant des problématiques avec les experts nommés par les compagnies d’assurances. La FFC Mobilité Réparation et Services remercie Claude ALZINA pour l’organisation de ce bureau national decentralisé.


A la demande de la FFC, le ministère des Finances retoque les assureurs

A la demande de la FFC, le ministère des Finances retoque les assureurs

Alors que certains assureurs continuent d’interdire la pratique de cession de créance dans leurs contrats, de manière complètement illégale, les pouvoirs publics déclarent nulle cette mention conformément à la demande formulée par la FFC depuis près de trois ans.

Dès 2017, la FFC Mobilité Réparation et Services est intervenue auprès du ministère des Finances pour demander l’application de la loi de la part des compagnies d’assurance. Les textes précisent en effet clairement qu’ils doivent accepter la cession de créance comme moyen de paiement.

Pourtant, en 2017 un assureur mutualiste avait insidieusement inséré dans le contrat de ses clients une clause leur interdisant d’utiliser la cession de créance ! Ce dernier avait finalement obtempéré après l’intervention de la Fédération auprès de son Ministère de tutelle.

Mais en juin 2019, un banquier-assureur a fait de même et malgré la demande la FFC Mobilité Réparation et Services, il a refusé d’arrêter ses pratiques illégales.

La FFC Mobilité Réparation et Services a donc écrit par deux fois à Bruno LEMAIRE, ministre de l’Économie et des Finances, afin que cette pratique stoppe à effet immédiat.

Le retour su ministère vient de nous parvenir et se montre sans équivoque ! Un amendement visant à frapper de nullité la clause du contrat d’assurance automobile interdisant la cession de créance à des tiers a été déposé par la commission générale des finances soutenue par le gouvernement et a été adoptée.

C’est un rappel de plus à la loi que le Ministre envoie aux compagnies d’assurances qui interdisent à leurs clients d’utiliser la cession de créance comme un moyen de paiement.

Bien entendu, nous restons mobilisés pour suivre les évolutions des contrats d’assurance dans les semaines et les mois qui viennent, afin de faire remonter les éventuels manquements et sanctionner les compagnies indélicates.

La FFC remercie le Ministre et ses équipes pour leur écoute et aide dans la résolution de ce dossier dans l’intérêt des clients.

Précurseur de la mise à disposition de la plateforme TRIBU, autorisant la gestion de sinistres par cession de créance dès 2000, la FFC Mobilité Réparation et Services réalise aujourd’hui plus de 20 000 cessions de créances permettant aux carrossiers et spécialistes du vitrage non agréés par les compagnies de se faire payer directement, sans demander d’avance de frais au client final.


Homme de la Filière 2020: Les organisations de transporteurs récompensées

La FFC rend hommage au Monde du Transport, et décerne exceptionnellement le prix de L'HOMME DE LA FILIERE 2020 aux présidents des trois Fédérations de Transports FNTR, OTRE et TLF.

Depuis trois ans maintenant, la FFC et son président, Patrick CHOLTON, décernent un prix honorifique à une personnalité marquante de la Filière, symbolisant son engagement dans la réussite de notre industrie.

La quatrième édition de L’HOMME DE LA FILIERE résonne cette année d’un son particulier, en cette période pour le moins trouble, tant sur le plan sanitaire qu’économique.

Après Jean Dominique SENARD, alors président de MICHELIN, Dominique FERNIER, Président de TRANSPOLIS, et Veronika WAND-DANIELSSON, ambassadeur de Suède en France, c’est bien la pandémie de COVID-19 qui a mis en lumière le travail et l’implication de nos lauréats 2020.

Car ce n’est pas 1, ni 2, mais 3 hommes et femme qui remportent cette année le trophée de l’Homme de la Filière 2020, décerné par la FFC.

Aline MESPLES, Présidente de l’OTRE, Jean Christophe PIC, Président de la FNTR et Éric HEMAR, Président de TLF, cristallisent à eux trois les efforts du monde du transport durant la période la plus sombre de l’épidémie.

Alors que les pouvoirs publics et les médias ont, très largement et à raison, tenu à mettre en lumière le courage et l’abnégation des professionnels de santé, la FFC veut à son tour récompenser les professionnels qui ont permis, au quotidien, à tout un pays, de fonctionner. Notre Filière a coutume de rappeler que dès lors que vous touchez un objet, c’est un camion qui l’a transporté. Et, au plus fort de la crise, les conducteurs, transporteurs, logisticiens…, ont maintenu leur activité, livré les supermarchés, les hôpitaux et autres commerces d’urgences, sans jamais faillir. Entre mars et juin 2020, les organisations professionnelles du Transport ont pour leur part, soutenu leurs adhérents, les ont défendus auprès des pouvoirs publics pour obtenir des conditions de travail décentes et leur permettre de maintenir leur mission d’utilité publique… Désormais, elles poursuivent leurs missions en tentant d’obtenir du gouvernement un plan de relance du secteur Transport qui reconnaisse le camion à sa juste valeur, celle d’un maillon absolument essentiel dans l’approvisionnement des biens de la population et des professionnels de tous les secteurs. Pour toutes ces raisons, la FFC tient à féliciter et remercier tous les professionnels du Transport, au travers de ces prix, remis aux présidents des trois organisations OTRE, FNTR, TLF, lors des Rencontres de la Filière, le 17 novembre prochain au Matmut Stadium Gerland de Lyon.


VI-VUL : La FFC lance l'étude paneuropéenne VIsion'AIR

VI-VUL : La FFC lance l'étude paneuropéenne VIsion'AIR

La situation exceptionnelle vécue par notre filière, ainsi que les difficultés économiques ou incertitudes qui en résultent, ont renforcé le besoin des professionnels en termes d’anticipation de leurs marchés. C’est pourquoi la FFC et son président, Patrick CHOLTON, ont pris l’initiative de financer une étude multi-clients exceptionnelle, portant sur l’avenir du mix énergétique des véhicules industriels en Europe, à l’horizon 2040. Cette étude globale sera réalisée par Le BiPE et BDO Advisory, partenaires de longue date de la FFC.

L’étude VIsion’AIR établira, pour la première fois en Europe, une analyse du mix de motorisation selon différents angles (par pays, par segment, par année, par grande catégorie de véhicule), ainsi que leur contribution carbone. Ce qui permettra à tous les professionnels de la Filière d’anticiper une photographie des marchés à l’horizon 2040 et de se mettre ainsi en phase avec les objectifs de la Commission Européenne.

Concernant le mode opératoire, Le Bipe et BDO Advisory vont établir un modèle de projection complexe, intégrant de nombreuses données fournies par les participants à l’étude, constructeurs VI, constructeurs VUL, transporteurs, chargeurs…

Il s’agira notamment d’agréger, au sein de la modélisation, les projections de parc, le coût total de possession, le mix powertrain par marque, les stratégies, l’évolution des infrastructures et la fiscalité par pays…). Puis de les corréler avec les données structurantes du secteur, dans les 27 pays d’Europe. Nous parlons là des conséquences de la mise en place de VECTO par exemple, ou bien des usages des véhicules, des compatibilités d’usage des différentes énergies ou des scénarios économico-réglementaires.

En novembre 2021, l’étude VIsion’AIR offrira, pour la première fois, une photographie précise, basée sur des projections fiables, du mix énergétique dans chaque pays d’Europe à l’horizon 2040. La modélisation de VIsion’AIR permettra également de comparer le coût total de chaque segment pour un usage donné. Le segment capable de l’usage demandé et présentant le Coût Total de Possession le plus bas se verra ainsi attribuer une part de marché plus importante par le modèle.

Le surcoût d’usage du carburant alternatif sera lui aussi précisément analysé.
Le véhicule thermique à moteur diesel est aujourd’hui la référence dans toutes les missions des véhicules lourds. Les carburants alternatifs ne pouvant pas répondre aux mêmes exigences selon les usages, le remplacement d’une flotte diesel par une flotte à carburant alternatif (gaz, électricité, hydrogène) nécessitera des ajustements en nombre de véhicules. VIsion’AIR intègrera cette contrainte par un surcoût qui variera selon la capacité d’un véhicule à énergie alternative à répondre à la mission.

La présentation officielle de l’étude se fera le 17 novembre 2020 au Matmut Stadium de Lyon-Gerland, dans le cadre des Rencontres de la Filière. Les résultats sont attendus pas moins d’un an plus tard, dans le cadre du Salon SOLUTRANS, propriété de la FFC. VIsion’AIR sera ensuite mise à jour tous les deux ans.


Jean-Claude STOPNICKI (EUROPA) nous a quittés

Jean-Claude STOPNICKI (EUROPA) nous a quittés

Nous avons le regret d’annoncer le décès de Jean-Claude STOPNICKI, Président Directeur General de la société EUROPA, survenu le 25 juillet 2020 dernier à Neuilly-sur-Seine (92) à l’âge de 81 ans.

  • Jean-Claude STOPNICKI, bien connu dans l’industrie automobile et du poids lourd, avait dédié sa carrière toute entière à l’entreprise EUROPA, qu’il avait fondée en 1982 aux côté de Jean Michel CHARPENTIER, lui-même toujours directeur Général. EUROPA conçoit et fabrique dans son usine de Doullens (Somme), des cabines de peinture automobile, poids lourd, aires de préparations, laboratoire et toutes industries.

    Le départ de Jean-Claude STOPNICKI laisse un grand vide au sein de la société, qu’il avait marquée de son empreinte indélébile. Pour Jean Michel CHARPENTIER : « nous formions véritable une équipe, que j’estime performante. Je m’occupais du développement technique, tandis que lui se chargeait des ventes. Il connaissait parfaitement ses marchés, et nous travaillions sur une doctrine commune. Je m’étais donné pour mission de fabriquer pour le moins cher possible, tandis que lui s’engageait à vendre le plus cher possible ! »

    En bon autodidacte, Jean-Claude STOPNICKI travaillait à l’instinct, et était très attaché à son entreprise, scandant qu’une entreprise a deux valeurs, l’une comptable, l’autre immatérielle. Aujourd’hui, EUROPA est en effet un fabricant qui compte dans le paysage, et c’est en partie grâce à lui. A la FFC, nous nous souviendrons de la dernière édition d’EQUIP AUTO, en 2019, à laquelle EUROPA participait, au sein du Village Carrosserie. Nous gardons l’image d’un commercial né, qui vantait les mérites de la nouveauté d’alors, la cabine connectée d’EUROPA, qui a depuis remporté un franc succès. La FFC et son président, Patrick CHOLTON, présentent leurs condoléances à la famille de Jean-Claude STOPNICKI ainsi qu’aux équipes d’EUROPA.


PUBLICATION DU NOUVEAU PROTOCOLE NATIONAL ENTREPRISE

Le Ministère du Travail a publié hier soir tard (31/08/2020) le nouveau protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de COVID-19 (que vous retrouverez en suivant le lien --> protocole-national-sante-securite-en-entreprise__31_aout_2020_index). Il se substitue au protocole national de déconfinement et vient notamment préciser les règles applicables en matière de port du masque en entreprises.

Compte tenu de la publication tardive de ce document qui a fait l’objet d’échange avec les partenaires sociaux jusqu’au 31/08, soit la veille de son entrée en vigueur, la Ministre du Travail, Madame Elisabeth BORNE, a indiqué qu’un délai serait accordé aux entreprises pour s’approprier ces nouvelles dispositions avant que ne débutent des contrôles.

Ce nouveau protocole s’appuie sur l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) du 28 août 2020 pour systématiser le port du masque grand public au sein des entreprises dans les lieux collectifs clos. Cette obligation s’intègre aux mesures d’hygiène et de distanciation physique déjà largement diffusées.

Des adaptations à ce principe général pourront être organisées par les entreprises pour répondre aux spécificités de certaines activités ou secteurs professionnels après avoir mené une analyse des risques de transmission du COVID-19 et des dispositifs de prévention à mettre en œuvre. Elles font l’objet d’un dialogue social au sein de l’entreprise.

Les mesures conditionnant la possibilité d’organiser ces adaptations dépendent également du niveau de circulation du virus (zone verte, orange ou rouge) dans le département d’implantation de l’entreprise (ou de l’établissement) selon des modalités présentées dans le protocole.

Par ailleurs, le protocole rappelle que le télétravail reste une pratique recommandée en ce qu’il participe à la démarche de prévention.

Le nouveau protocole précise le recours aux tests de dépistage, la position des pouvoirs publics en matière de prise de température et les modalités de prise en charge d’une personne symptomatique et de ses contacts rapprochés.

 

Enfin, le protocole propose des pistes pour adapter la gestion des flux de personnes en entreprise ainsi que les règles en matière de nettoyage et désinfection des surfaces et d’aération des locaux.

L’équipe technique de la FFC CONSTRUCTEURS se tient à votre disposition pour toute question relative à la mise en œuvre de cette nouvelle mesure.