Tribune Libre de Patrick CHOLTON, président de la FFC

Faire face au COVID-19, c'est aussi un état d'esprit !

Tandis que les pouvoirs publics multiplient les annonces, anxiogènes pour certaines, la FFC – Fédération Française de Carrosserie, veut délivrer un message d’optimisme.

La Fédération réaffirme que l’économie doit et peut reprendre son cours normal, en dépit de la situation. D’évidence, l’ensemble des règles sanitaires, de distanciation, de port du masque etc. doivent être respectées et encouragées, mais il ne faut pas céder à la facilité de l’attentisme.

Les aides proposées par l’État aux entreprises, ne constituent pas une fin en soi et ne sauraient pallier durablement la frilosité d’entreprendre. Nous devons tous prendre conscience que c’est maintenant que se joue non pas la reprise, mais la survie de nombreuses entreprises. Car l’économie reprend ses droits un peu partout en Europe, et l’Italie, l’Allemagne, la Suède…, redémarrent fort et risquent de profondément modifier le paysage business de nos activités.

Au siège de la FFC, les protocoles sanitaires sont en tous points respectés, nous allons même au-delà. Cela pour permettre à tous nos salariés de reprendre le travail sans risque, tel que le préconise le gouvernement. A ce titre, notre activité de soutien quotidien aux adhérents s’est maintenue, sans aucune interruption, ni baisse d’intensité, depuis le mois de mars.

Depuis la rentrée de septembre, l’ensemble du personnel dédié à l’organisation des prochains évènements de la FFC (Rencontres de la Filière et SOLUTRANS) ainsi que nos partenaires, se mobilisent pour la réussite de ces évènements, en dépit des restrictions. Les deux manifestations auront donc bien lieu, dans le respect le plus strict du protocole sanitaire.

Le 17 novembre prochain, les Rencontres de la Filière vont accueillir près de 300 personnes le temps d’une journée, pour la seule manifestation européenne de l’année, dans notre secteur. Nous sommes fiers de tenir dans ce contexte, cette année encore, le plus grand rassemblement de véhicules industriels « nouvelles énergies », avec la présence de tous les constructeurs VI.

Et alors même que la FFC refuse de céder à l’immobilisme, ce sont les pouvoirs publics qui semblent nous emboiter le pas, avec un soutien récent et officiel au secteur de l’évènementiel. Jean Baptiste LEMOYNE, secrétaire d’État chargé du Tourisme, vient de s’exprimer en faveur de la tenue d’évènements à destination d’une « clientèle d’affaires ». Cela prouve bien que la reprise d’un climat d’affaires à très court terme, est aujourd’hui primordiale pour le gouvernement. Notre filière doit montrer que ce message porte, au-delà des Salons, Foires et Séminaires. Comme nous le faisons depuis maintenant 7 mois, respectons scrupuleusement les protocoles sanitaires et poursuivons les efforts initiés par notre filière avant la crise du COVID-19 !


EQUIP AUTO SE TIENDRA DU 18 AU 22 OCTOBRE 2022

EQUIP AUTO SE TIENDRA DU 18 AU 22 OCTOBRE 2022

La prochaine édition du salon EQUIP AUTO s’installera du 18 au 22 octobre 2022 dans les halls 1, 2.2 et 3 du Parc des expositions de Paris Porte de Versailles. L’évènement de l’après-vente et des services à la mobilité connectée conserve son rythme biennal et s’inscrit désormais dans un nouveau calendrier, à l’automne, les années paires.

Après avoir conclu en septembre dernier que la situation sanitaire et économique incertaine n’était pas propice à la tenue du salon EQUIP AUTO en 2021, la FIEV propriétaire d’EQUIP AUTO et ses partenaires, la FFC et le groupe Comexposium, ont conclu un accord avec le Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles pour organiser l’évènement pendant 5 jours, du 18 au 22 octobre 2022.

Comme la précédente édition réussie en 2019, le salon EQUIP AUTO 2020 occupera près de 100 000 m² de surface d’exposition au travers des halls 1, 2.2. et 3.

En parfaite cohérence avec son nouvel engagement auprès des professionnels « Dessinons l’avenir de l’Automotive », EQUIP AUTO réunira les acteurs de la chaine de valeur automobile élargie aux nouveaux acteurs liés à la mobilité connectée. 

Rendez-vous du 18 au 22 Octobre 2022 à Paris Expo Porte de Versailles


La FFC Mobilité reçue par la FFA à Nice

La FFC Mobilité reçue par la FFA à Nice

Dans le cadre de sa réunion de bureau bimestrielle, les membres du bureau de la FFC Mobilité Réparation et Services ont été invités par Claude ALZINA, le Président de la Fédération Française de l’Automobile, adhérent à la FFC.

Patrick NARDOU, Président de la FFC Mobilité Réparation et Services, ainsi que les Présidents des régions FFC de toute la France ont débattu en présentiel pour la première fois depuis le confinement. Le niveau de l’activité des carrosseries, les relations avec les experts automobiles, la cession de créance et les adhésions massives des réseaux de vitrage ont été à l’ordre du jour de cette première journée particulièrement riche en échanges.

Le lendemain, Karim MEGROUS, Président du SEAI  (Syndicat des Experts Indépendants) a présenté son organisation et proposé ses services aux carrossiers et vitreurs rencontrant des problématiques avec les experts nommés par les compagnies d’assurances. La FFC Mobilité Réparation et Services remercie Claude ALZINA pour l’organisation de ce bureau national decentralisé.


A la demande de la FFC, le ministère des Finances retoque les assureurs

A la demande de la FFC, le ministère des Finances retoque les assureurs

Alors que certains assureurs continuent d’interdire la pratique de cession de créance dans leurs contrats, de manière complètement illégale, les pouvoirs publics déclarent nulle cette mention conformément à la demande formulée par la FFC depuis près de trois ans.

Dès 2017, la FFC Mobilité Réparation et Services est intervenue auprès du ministère des Finances pour demander l’application de la loi de la part des compagnies d’assurance. Les textes précisent en effet clairement qu’ils doivent accepter la cession de créance comme moyen de paiement.

Pourtant, en 2017 un assureur mutualiste avait insidieusement inséré dans le contrat de ses clients une clause leur interdisant d’utiliser la cession de créance ! Ce dernier avait finalement obtempéré après l’intervention de la Fédération auprès de son Ministère de tutelle.

Mais en juin 2019, un banquier-assureur a fait de même et malgré la demande la FFC Mobilité Réparation et Services, il a refusé d’arrêter ses pratiques illégales.

La FFC Mobilité Réparation et Services a donc écrit par deux fois à Bruno LEMAIRE, ministre de l’Économie et des Finances, afin que cette pratique stoppe à effet immédiat.

Le retour su ministère vient de nous parvenir et se montre sans équivoque ! Un amendement visant à frapper de nullité la clause du contrat d’assurance automobile interdisant la cession de créance à des tiers a été déposé par la commission générale des finances soutenue par le gouvernement et a été adoptée.

C’est un rappel de plus à la loi que le Ministre envoie aux compagnies d’assurances qui interdisent à leurs clients d’utiliser la cession de créance comme un moyen de paiement.

Bien entendu, nous restons mobilisés pour suivre les évolutions des contrats d’assurance dans les semaines et les mois qui viennent, afin de faire remonter les éventuels manquements et sanctionner les compagnies indélicates.

La FFC remercie le Ministre et ses équipes pour leur écoute et aide dans la résolution de ce dossier dans l’intérêt des clients.

Précurseur de la mise à disposition de la plateforme TRIBU, autorisant la gestion de sinistres par cession de créance dès 2000, la FFC Mobilité Réparation et Services réalise aujourd’hui plus de 20 000 cessions de créances permettant aux carrossiers et spécialistes du vitrage non agréés par les compagnies de se faire payer directement, sans demander d’avance de frais au client final.


PUBLICATION DU NOUVEAU PROTOCOLE NATIONAL ENTREPRISE

Le Ministère du Travail a publié hier soir tard (31/08/2020) le nouveau protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de COVID-19 (que vous retrouverez en suivant le lien --> protocole-national-sante-securite-en-entreprise__31_aout_2020_index). Il se substitue au protocole national de déconfinement et vient notamment préciser les règles applicables en matière de port du masque en entreprises.

Compte tenu de la publication tardive de ce document qui a fait l’objet d’échange avec les partenaires sociaux jusqu’au 31/08, soit la veille de son entrée en vigueur, la Ministre du Travail, Madame Elisabeth BORNE, a indiqué qu’un délai serait accordé aux entreprises pour s’approprier ces nouvelles dispositions avant que ne débutent des contrôles.

Ce nouveau protocole s’appuie sur l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) du 28 août 2020 pour systématiser le port du masque grand public au sein des entreprises dans les lieux collectifs clos. Cette obligation s’intègre aux mesures d’hygiène et de distanciation physique déjà largement diffusées.

Des adaptations à ce principe général pourront être organisées par les entreprises pour répondre aux spécificités de certaines activités ou secteurs professionnels après avoir mené une analyse des risques de transmission du COVID-19 et des dispositifs de prévention à mettre en œuvre. Elles font l’objet d’un dialogue social au sein de l’entreprise.

Les mesures conditionnant la possibilité d’organiser ces adaptations dépendent également du niveau de circulation du virus (zone verte, orange ou rouge) dans le département d’implantation de l’entreprise (ou de l’établissement) selon des modalités présentées dans le protocole.

Par ailleurs, le protocole rappelle que le télétravail reste une pratique recommandée en ce qu’il participe à la démarche de prévention.

Le nouveau protocole précise le recours aux tests de dépistage, la position des pouvoirs publics en matière de prise de température et les modalités de prise en charge d’une personne symptomatique et de ses contacts rapprochés.

 

Enfin, le protocole propose des pistes pour adapter la gestion des flux de personnes en entreprise ainsi que les règles en matière de nettoyage et désinfection des surfaces et d’aération des locaux.

L’équipe technique de la FFC CONSTRUCTEURS se tient à votre disposition pour toute question relative à la mise en œuvre de cette nouvelle mesure.


Le GARAC obtient l'habilitation pour les CQP dédiés aux véhicules anciens

Le GARAC obtient l'habilitation pour les CQP dédiés aux véhicules anciens

Pour la rentrée automobile de septembre 2020, c’est donc deux nouveaux CQP qui viennent compléter l’offre de formation en réparation, en y apportant la spécialisation dans le domaine des véhicules de collection.

  • Le CQP Mécanicien Réparateur de Véhicules Anciens et Historiques : prépare les futurs professionnels à la réalisation des opérations d’entretien, de maintenance et de restauration des éléments mécaniques de tout type de véhicules anciens et historiques.
  • Le CQP Carrossier Tôlier Formeur de Véhicules Anciens et Historiques: prépare les futurs professionnels à la réalisation des opérations de rénovation et de reconstruction d’éléments de carrosserie.

Ces certifications complètent un diplôme déjà validé et permettent d’acquérir la maîtrise des anciennes technologies (méthodes et outils adaptés).

Elles sont principalement dispensées dans le cadre de contrats de professionnalisation et leur durée variera de 14 à 24 mois pour le premier métier et de 12 à 18 mois pour le second.

 

Quatre établissements situés dans les régions Occitanie, Île-de-France, Hauts-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes ont été sélectionnés pour préparer les premières sessions. Et pour la Région Ile de France, Il s’agit du GARAC qui dispensera les deux formations.

Pour le Président du GARAC, Raymond Vié, « C’est pour nous une excellente nouvelle d’avoir été choisis. Mais l’heure est à la modestie. Nous n’avons pas la prétention d’avoir la science infuse. Contrairement aux apparences, la formation à la réparation de véhicules anciens et historiques demande beaucoup de savoir-faire et de connaissances. Nous allons marier le savoir- faire de nos enseignants avec celui d’experts de ces spécialités dont la longue expérience est irremplaçable. Cela va créer une dynamique extraordinaire et satisfaire pleinement les jeunes et moins jeunes qui s’inscrivent à ces deux formations et qui sont de véritables passionnés des véhicules anciens ».

Outre les compétences humaines, le GARAC s’est doté de matériels et de véhicules anciens et historiques pour ces formations en alternance. Une démarche inscrite dans la dynamique du rassemblement de véhicules anciens et historiques « les 3 heures du GARAC ».

 

Pour en savoir plus :

GARAC : https://www.garac.com/

L’ANFA : https://www.anfa-auto.fr/

L’OPCO Mobilités : https://www.opcomobilites.fr/


La FFC lance Mobili'JOB, sa plateforme d'emploi pour toute la Filière

La FFC lance Mobili'JOB, sa plateforme d'emploi pour toute la Filière

Aujourd’hui, après plusieurs mois de développement conjoint entre la FFC, Monster et d’autres partenaires, www.mobilijob.fr est tout à fait opérationnel, prêt à accueillir les offres d’emploi de tous les professionnels de la Filière Véhicule Industriel ou de l’Automobile.

La FFC a présenté le projet Mobili’JOB lors du dernier salon SOLUTRANS, en novembre 2019. Un formidable écrin pour recueillir les impressions des exposants. Durant 5 jours, leur retour s’est avéré primordial pour développer la plateforme. Étant les principaux pourvoyeurs d’offres d’emploi de Mobili’JOB, il était nécessaire que le site corresponde à leurs attentes.

En effet, Mobili’JOB se donne pour objectif de devenir la référence du secteur en termes d’offres d’emploi. Qu’il s’agisse de recrutement ou de stage, la FFC propose désormais un outil simple, performant et totalement gratuit pour les dépôts d’offres comme pour leur consultation. Mobili’JOB se propose de rassembler en un lieu unique l’ensemble des besoins de la Filière en Carrosserie-construction, Carrosserie-réparation, Peinture, Comptabilité, Contrôle technique, Recyclage, Dépannage-Remorquage, Ecoles de conduite, Logistique, Location de véhicules, Maintenance, Préparation / rénovation des véhicules, Stations-service, Transport, Vente de véhicules, Vente pièces de rechange et accessoires.

La simplicité de l’interface de Mobili’JOB constitue son premier atout, pour déposer les offres ou bien les consulter.

Côté employeur

Les recruteurs n’ont qu’à créer un espace employeur gratuit, pour ensuite accéder à des formulaires de dépôt d’offres. En quelques minutes, l’ensemble de leurs offres est visible sur le site. Via leur espace, ils peuvent également consulter la CVthèque de Mobili’JOB, afin d’isoler les meilleurs profils.

Côté candidats

Mobili’JOB a pour seule vocation d’accompagner les professionnels de la filière, sans ambition ni vocation mercantile. Ainsi, dès la page d’accueil, toutes les annonces apparaissent directement, sans avoir besoin de se connecter. Il est ainsi particulièrement facile pour un jeune de visualiser tout le potentiel qu’offre la Filière pour son avenir. Il peut aussi déposer un CV qui sera immédiatement consultable par les recruteurs.

Le succès de Mobili’JOB est intimement lié à sa fréquentation. De la quantité de l’offre dépendra directement le niveau de consultation de la part des professionnels en recherche d’emploi. N’hésitez pas à utiliser cet outil de diffusion de masse de vos annonces !

Pour tout renseignement

Dominique PETRO, Responsable du Service Formation de la FFC
– dominique.petro@ffc-carrosserie.org –


La FFC fait évoluer la baseline de SOLUTRANS

La FFC fait évoluer la baseline de SOLUTRANS

Le salon SOLUTRANS, propriété de la FFC – Fédération Française de Carrosserie, se doit de faire écho aux problématiques des acteurs de la filière et refléter leurs enjeux à l’échelle mondiale. La baseline du Salon constitue la première promesse de l’évènement.

Le monde du véhicule industriel et du transport n’a de cesse de s’adapter aux mutations qui structurent la filière. Depuis sa première édition, le salon SOLUTRANS s’est toujours positionné comme le Salon International des Solutions de Transport Routier et Urbain. Une promesse qui n’a jamais fait défaut au rendez-vous biennal lyonnais, puisque SOLUTRANS enregistre tous les deux ans de fortes progressions, tant du nombre de visiteurs accueillis, transporteurs, chargeurs, professionnels des services aux véhicules industriels, journalistes internationaux et influenceurs, que du nombre d’exposants représentant tous les secteurs de la filière. Sur cette base et à 18 mois de la prochaine édition, SOLUTRANS peut même s’enorgueillir d’avoir déjà validé plus de 55 % de réservation d’espace ! Fort de ces résultats et d’une aura grandissante, le salon a été placé sous le haut patronage du Président de la République et accrédité par l’OICA (Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles), ce qui en fait l’une des seules manifestations reconnues au plan international sur son secteur.

Pour accompagner cette croissance, la Fédération a décidé de traduire dans une nouvelle promesse ces évolutions et son engagement aux côtés de la filière. SOLUTRANS est désormais le

Carrefour Mondial du Véhicule Industriel et Urbain

une baseline forte qui accompagnera toutes les communications du Salon.

En 2019, pour la première fois, le Salon s’était également doté d’un slogan, permettant de positionner plus précisément l’édition autour d’un fil rouge. SOLUTRANS 2019 était ainsi « Le Plus Grand Rassemblement Européen de Véhicules Industriels et Urbains Électriques, de 3,5 à 44 Tonnes. »

Dans la continuité de son engagement sociétal, en 2021 la Fédération mettra en avant les « Solutions Durables pour une Filière de Transport Responsable » qui deviennent l’axe autour duquel se déploiera SOLUTRANS.

La révolution numérique a eu lieu, celle des motorisations alternatives est en cours et tout l’écosystème du véhicule industriel se voit impacté. Dans la ligne de mire des constructeurs et des équipementiers, un seul objectif, diminuer l’empreinte carbone de la filière sur fond de mix énergétique. SOLUTRANS 2021 sera le rendez-vous immanquable pour réfléchir sur ces défis, et partager les solutions qui s’offrent à nous. Nous vous attendons à Lyon Eurexpo, du 16 au 20 novembre 2021 !

SOLUTRANS, qui rassemble les acteurs de toute la filière du véhicule industriel et urbain, tiendra sa 16ème édition du 16 au 20 novembre 2021 à Lyon Eurexpo. L’événement, accrédité par l’OICA, rassemble près de 60 000 professionnels et 900 exposants et marques, venus du Monde entier. 

Le salon SOLUTRANS est le rendez-vous biennal d’une filière qui compte parmi les plus innovantes. Le contexte économique mondial fait de SOLUTRANS 2021 une vitrine des performances exceptionnelles des constructeurs VI, carrossiers-constructeurs, aménageurs, équipementiers, fabricants d’équipements d’atelier, professionnels su pneumatique, réseaux de distribution… En 2021, SOLUTRANS élargit son horizon et investit le champ de la chaîne logistique, de l’entrepôt connecté aux services associés. Le salon occupera un nouveau hall baptisé SOLUTRANS 4.0, dédié en particulier aux innovations de rupture dans la Filière du véhicule Industriel et Urbain, afin d’éclairer les professionnels, constructeurs, carrossiers, équipementiers, acteurs de la maintenance…, jusqu’aux transporteurs et chargeurs.  L’ambition de SOLUTRANS : accompagner la Filière et promouvoir les solutions aux défis qui l’attendent.


La gestion de crise selon le Lycée Paul Guerin de Niort (79)

La gestion de crise selon le Lycée Paul Guerin de Niort (79)

Depuis le début de la crise sanitaire, les établissements de la filière n’ont pas démérité. Tous ont dû revoir leur fonctionnement afin de maintenir l’enseignement, et assurer les différentes évaluations.
C’est le cas du Lycée Paul Guérin qui forme au BTS CRC, Conception et réalisation de carrosserie ; et qui revient sur cette période si particulière. Pour autant, les circonstances particulières ne dispensant pas de préparer la rentrée 2020, le lycée se projette déjà en septembre, avec déjà quelques petits défis tant pour les enseignants que pour les jeunes, notamment la recherche de stage, d’apprentissage…

L’impact de la crise sanitaire sur la formation a été bien évidemment important, nous précise l’équipe pédagogique. Du jour au lendemain, il a fallu s’adapter à un nouveau mode d’enseignement, à distance.

Si les matières générales (Maths, Physique, Français, Anglais) sont plus simples à organiser à distance,  cela devient plus compliqué pour les cours et TP de spécialité. Sachant que l’utilisation de logiciels professionnels et les machines d’atelier ne peuvent être déplacés.

La préparation des épreuves, et surtout des compétences validées aux examens, ont pu, dans la mesure du possible être développés pendant et après le confinement.

Les rapports de stage ont été déposés juste au moment du confinement, les préparations aux soutenances ont été réalisées. Quant aux projets, ils ont globalement été maintenus selon les possibilités et le matériel en possession de nos étudiants. Les travaux réalisés ont pu être présentés par visioconférence aux professeurs concernés, ce qui invitait les jeunes à développer des compétences utiles au travail à distance. Enfin, pour les apprentis, les projets ont pu, pour la plupart, être achevés.

Le problème essentiel que nous avons rencontré se situe au niveau des jeunes en première année, sachant que nos étudiants auraient dû partir en stage le 11 mai. Malgré la proposition de commencer les stages le 25 mai pour une période de 6 semaines au lieu de 8, nous n’avons que 2 élèves sur 14 qui sont en stage. Nous avons immédiatement proposé une période de remplacement dite de la « Toussaint » qui se déroulerait du 19 octobre au 13 novembre prochain. Soit la période minimale de 4 semaines, obligatoire pour valider le BTS.
En général, la plupart des élèves poursuivent leur deuxième année en alternance, cela parait bien compliqué de le mettre en œuvre cette année.

L’offre de formation du lycée Paul GUERIN

Pour rappel, l’établissement forme certes au BTS CRC, mais avec la possibilité de suivre ce cursus soit par voie scolaire sur 2 ans, soit par l’apprentissage sur 2 ans. Ou encore par voie scolaire en première année et de poursuivre en apprentissage sur la deuxième année.

Nous pratiquons aussi la formation au BTS CRC en un an à partir d’un autre BTS (CRCI souvent) afin d’apporter les compétences nécessaires notamment en bureau d’études, d’opérateur qualifié avec les cours de deuxième année sur la règlementation, la qualité et l’homologation.

L’offre de formation est ouverte à la formation pour adulte, avec étude des dossiers sur demande.

Pour ceux qui souhaitent aller au-delà du BTS, cela est possible avec la Licence professionnelle en Conception et mise en forme des matériaux, appelé Conception de surfaces complexes et simulation numériques à l’IUT de Poitiers, partenaire du Lycée Paul Guérin.

Le lycée est très actif dans sa région mais accueille de nombreux jeunes qui viennent de plus loin. Pour exemple, en deuxième année, nous avons 3 élèves de la région Nouvelle Aquitaine, les autres sont de Nice, Lyon, Metz, Orléans, Montluçon, Bourges, Angers, Nantes.
En première année, outre les 8 élèves de Nouvelle Aquitaine, nous avons 2 élèves de la région de Perpignan, 2 de Clermont Ferrand, Orléans et Nantes.
Un accompagnement leur est proposé pour des solutions d’hébergement à prix modéré, lorsqu’ils sont apprentis.

L’interface avec la profession

L’équipe pédagogique collabore avec les professionnels et souligne l’importance de maintenir ce lien pour un accueil et un suivi au mieux des jeunes.  L’accès à l’annuaire des adhérents de la FFC est primordial pour leur assurer l’aide à la recherche d’entreprise.

M. CRUBILLE reste à disposition des professionnels qui peuvent le joindre par mail à l’adresse suivante : francois.crubille@ac-poitiers.fr


OuiGlass rejoint la FFC

OuiGlass rejoint la FFC

Le réseau de spécialistes du vitrage OuiGlass se rapproche aujourd’hui de la FFC Mobilité Réparation et Services, pour bénéficier de ses services à valeur ajoutée.

La FFC Mobilité Réparation et Services est heureuse de pouvoir annoncer que le réseau de spécialistes de vitrage OuiGlass, fort de ses 79 centres, rejoint la Fédération et bénéficiera à ce titre de ses services, notamment ceux de la plateforme informatique TRIBU, dédiée à la gestion simplifiée des dossiers de cession de créance. Ils accèderont également à FFC EXPERTS, le service d’assistance notariale, fiscale et juridique de la FFC, qui les accompagnera dans les problématiques de gestion quotidienne de leur activité.

La franchise OuiGlass a été créée en 2016, à Orléans et comptait déjà 30 adhérents dès le début de 2018. La même année, OuiGlass crée sa filiale Click and Boost (Plateforme de communication digitale) et son propre logiciel de facturation.

Aujourd’hui, le réseau de spécialistes du vitrage est devenu national et compte près de 80 centres, et plus de 2 000 interventions par mois, comprenant de 1 200 à 1 500 interventions pare-brise. 17 nouveaux licenciés sont en attente de lancement. Grâce à leur adhésion à la FFC Mobilité Réparation et Services, les franchisés OuiGlass rejoignent une organisation professionnelle de référence, et bénéficieront au quotidien de l’accompagnement métier de la FFC. Pour Sylvain BERGERA, Gérant de OuiGlass France : « La FFC va apporter au réseau OuiGlass un support juridique et une aide précieuse concernant la cession de créance. » Patrick NARDOU, Président de la FFC Mobilité Réparation et Services, déclare pour sa part :  » Nous sommes heureux d’accueillir le réseau OuiGlass dans la grande famille des Services à l’Automobile que regroupe la FFC. Le dynamisme et le professionnalisme des adhérents OuiGlass constitueront un atout de choix dans le développement de notre organisation. »