Tribune Libre de Patrick CHOLTON, président de la FFC

Faire face au COVID-19, c'est aussi un état d'esprit !

Tandis que les pouvoirs publics multiplient les annonces, anxiogènes pour certaines, la FFC – Fédération Française de Carrosserie, veut délivrer un message d’optimisme.

La Fédération réaffirme que l’économie doit et peut reprendre son cours normal, en dépit de la situation. D’évidence, l’ensemble des règles sanitaires, de distanciation, de port du masque etc. doivent être respectées et encouragées, mais il ne faut pas céder à la facilité de l’attentisme.

Les aides proposées par l’État aux entreprises, ne constituent pas une fin en soi et ne sauraient pallier durablement la frilosité d’entreprendre. Nous devons tous prendre conscience que c’est maintenant que se joue non pas la reprise, mais la survie de nombreuses entreprises. Car l’économie reprend ses droits un peu partout en Europe, et l’Italie, l’Allemagne, la Suède…, redémarrent fort et risquent de profondément modifier le paysage business de nos activités.

Au siège de la FFC, les protocoles sanitaires sont en tous points respectés, nous allons même au-delà. Cela pour permettre à tous nos salariés de reprendre le travail sans risque, tel que le préconise le gouvernement. A ce titre, notre activité de soutien quotidien aux adhérents s’est maintenue, sans aucune interruption, ni baisse d’intensité, depuis le mois de mars.

Depuis la rentrée de septembre, l’ensemble du personnel dédié à l’organisation des prochains évènements de la FFC (Rencontres de la Filière et SOLUTRANS) ainsi que nos partenaires, se mobilisent pour la réussite de ces évènements, en dépit des restrictions. Les deux manifestations auront donc bien lieu, dans le respect le plus strict du protocole sanitaire.

Le 17 novembre prochain, les Rencontres de la Filière vont accueillir près de 300 personnes le temps d’une journée, pour la seule manifestation européenne de l’année, dans notre secteur. Nous sommes fiers de tenir dans ce contexte, cette année encore, le plus grand rassemblement de véhicules industriels « nouvelles énergies », avec la présence de tous les constructeurs VI.

Et alors même que la FFC refuse de céder à l’immobilisme, ce sont les pouvoirs publics qui semblent nous emboiter le pas, avec un soutien récent et officiel au secteur de l’évènementiel. Jean Baptiste LEMOYNE, secrétaire d’État chargé du Tourisme, vient de s’exprimer en faveur de la tenue d’évènements à destination d’une « clientèle d’affaires ». Cela prouve bien que la reprise d’un climat d’affaires à très court terme, est aujourd’hui primordiale pour le gouvernement. Notre filière doit montrer que ce message porte, au-delà des Salons, Foires et Séminaires. Comme nous le faisons depuis maintenant 7 mois, respectons scrupuleusement les protocoles sanitaires et poursuivons les efforts initiés par notre filière avant la crise du COVID-19 !


EQUIP AUTO SE TIENDRA DU 18 AU 22 OCTOBRE 2022

EQUIP AUTO SE TIENDRA DU 18 AU 22 OCTOBRE 2022

La prochaine édition du salon EQUIP AUTO s’installera du 18 au 22 octobre 2022 dans les halls 1, 2.2 et 3 du Parc des expositions de Paris Porte de Versailles. L’évènement de l’après-vente et des services à la mobilité connectée conserve son rythme biennal et s’inscrit désormais dans un nouveau calendrier, à l’automne, les années paires.

Après avoir conclu en septembre dernier que la situation sanitaire et économique incertaine n’était pas propice à la tenue du salon EQUIP AUTO en 2021, la FIEV propriétaire d’EQUIP AUTO et ses partenaires, la FFC et le groupe Comexposium, ont conclu un accord avec le Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles pour organiser l’évènement pendant 5 jours, du 18 au 22 octobre 2022.

Comme la précédente édition réussie en 2019, le salon EQUIP AUTO 2020 occupera près de 100 000 m² de surface d’exposition au travers des halls 1, 2.2. et 3.

En parfaite cohérence avec son nouvel engagement auprès des professionnels « Dessinons l’avenir de l’Automotive », EQUIP AUTO réunira les acteurs de la chaine de valeur automobile élargie aux nouveaux acteurs liés à la mobilité connectée. 

Rendez-vous du 18 au 22 Octobre 2022 à Paris Expo Porte de Versailles


La FFC fait évoluer la baseline de SOLUTRANS

La FFC fait évoluer la baseline de SOLUTRANS

Le salon SOLUTRANS, propriété de la FFC – Fédération Française de Carrosserie, se doit de faire écho aux problématiques des acteurs de la filière et refléter leurs enjeux à l’échelle mondiale. La baseline du Salon constitue la première promesse de l’évènement.

Le monde du véhicule industriel et du transport n’a de cesse de s’adapter aux mutations qui structurent la filière. Depuis sa première édition, le salon SOLUTRANS s’est toujours positionné comme le Salon International des Solutions de Transport Routier et Urbain. Une promesse qui n’a jamais fait défaut au rendez-vous biennal lyonnais, puisque SOLUTRANS enregistre tous les deux ans de fortes progressions, tant du nombre de visiteurs accueillis, transporteurs, chargeurs, professionnels des services aux véhicules industriels, journalistes internationaux et influenceurs, que du nombre d’exposants représentant tous les secteurs de la filière. Sur cette base et à 18 mois de la prochaine édition, SOLUTRANS peut même s’enorgueillir d’avoir déjà validé plus de 55 % de réservation d’espace ! Fort de ces résultats et d’une aura grandissante, le salon a été placé sous le haut patronage du Président de la République et accrédité par l’OICA (Organisation Internationale des Constructeurs Automobiles), ce qui en fait l’une des seules manifestations reconnues au plan international sur son secteur.

Pour accompagner cette croissance, la Fédération a décidé de traduire dans une nouvelle promesse ces évolutions et son engagement aux côtés de la filière. SOLUTRANS est désormais le

Carrefour Mondial du Véhicule Industriel et Urbain

une baseline forte qui accompagnera toutes les communications du Salon.

En 2019, pour la première fois, le Salon s’était également doté d’un slogan, permettant de positionner plus précisément l’édition autour d’un fil rouge. SOLUTRANS 2019 était ainsi « Le Plus Grand Rassemblement Européen de Véhicules Industriels et Urbains Électriques, de 3,5 à 44 Tonnes. »

Dans la continuité de son engagement sociétal, en 2021 la Fédération mettra en avant les « Solutions Durables pour une Filière de Transport Responsable » qui deviennent l’axe autour duquel se déploiera SOLUTRANS.

La révolution numérique a eu lieu, celle des motorisations alternatives est en cours et tout l’écosystème du véhicule industriel se voit impacté. Dans la ligne de mire des constructeurs et des équipementiers, un seul objectif, diminuer l’empreinte carbone de la filière sur fond de mix énergétique. SOLUTRANS 2021 sera le rendez-vous immanquable pour réfléchir sur ces défis, et partager les solutions qui s’offrent à nous. Nous vous attendons à Lyon Eurexpo, du 16 au 20 novembre 2021 !

SOLUTRANS, qui rassemble les acteurs de toute la filière du véhicule industriel et urbain, tiendra sa 16ème édition du 16 au 20 novembre 2021 à Lyon Eurexpo. L’événement, accrédité par l’OICA, rassemble près de 60 000 professionnels et 900 exposants et marques, venus du Monde entier. 

Le salon SOLUTRANS est le rendez-vous biennal d’une filière qui compte parmi les plus innovantes. Le contexte économique mondial fait de SOLUTRANS 2021 une vitrine des performances exceptionnelles des constructeurs VI, carrossiers-constructeurs, aménageurs, équipementiers, fabricants d’équipements d’atelier, professionnels su pneumatique, réseaux de distribution… En 2021, SOLUTRANS élargit son horizon et investit le champ de la chaîne logistique, de l’entrepôt connecté aux services associés. Le salon occupera un nouveau hall baptisé SOLUTRANS 4.0, dédié en particulier aux innovations de rupture dans la Filière du véhicule Industriel et Urbain, afin d’éclairer les professionnels, constructeurs, carrossiers, équipementiers, acteurs de la maintenance…, jusqu’aux transporteurs et chargeurs.  L’ambition de SOLUTRANS : accompagner la Filière et promouvoir les solutions aux défis qui l’attendent.


La gestion de crise selon le Lycée Paul Guerin de Niort (79)

La gestion de crise selon le Lycée Paul Guerin de Niort (79)

Depuis le début de la crise sanitaire, les établissements de la filière n’ont pas démérité. Tous ont dû revoir leur fonctionnement afin de maintenir l’enseignement, et assurer les différentes évaluations.
C’est le cas du Lycée Paul Guérin qui forme au BTS CRC, Conception et réalisation de carrosserie ; et qui revient sur cette période si particulière. Pour autant, les circonstances particulières ne dispensant pas de préparer la rentrée 2020, le lycée se projette déjà en septembre, avec déjà quelques petits défis tant pour les enseignants que pour les jeunes, notamment la recherche de stage, d’apprentissage…

L’impact de la crise sanitaire sur la formation a été bien évidemment important, nous précise l’équipe pédagogique. Du jour au lendemain, il a fallu s’adapter à un nouveau mode d’enseignement, à distance.

Si les matières générales (Maths, Physique, Français, Anglais) sont plus simples à organiser à distance,  cela devient plus compliqué pour les cours et TP de spécialité. Sachant que l’utilisation de logiciels professionnels et les machines d’atelier ne peuvent être déplacés.

La préparation des épreuves, et surtout des compétences validées aux examens, ont pu, dans la mesure du possible être développés pendant et après le confinement.

Les rapports de stage ont été déposés juste au moment du confinement, les préparations aux soutenances ont été réalisées. Quant aux projets, ils ont globalement été maintenus selon les possibilités et le matériel en possession de nos étudiants. Les travaux réalisés ont pu être présentés par visioconférence aux professeurs concernés, ce qui invitait les jeunes à développer des compétences utiles au travail à distance. Enfin, pour les apprentis, les projets ont pu, pour la plupart, être achevés.

Le problème essentiel que nous avons rencontré se situe au niveau des jeunes en première année, sachant que nos étudiants auraient dû partir en stage le 11 mai. Malgré la proposition de commencer les stages le 25 mai pour une période de 6 semaines au lieu de 8, nous n’avons que 2 élèves sur 14 qui sont en stage. Nous avons immédiatement proposé une période de remplacement dite de la « Toussaint » qui se déroulerait du 19 octobre au 13 novembre prochain. Soit la période minimale de 4 semaines, obligatoire pour valider le BTS.
En général, la plupart des élèves poursuivent leur deuxième année en alternance, cela parait bien compliqué de le mettre en œuvre cette année.

L’offre de formation du lycée Paul GUERIN

Pour rappel, l’établissement forme certes au BTS CRC, mais avec la possibilité de suivre ce cursus soit par voie scolaire sur 2 ans, soit par l’apprentissage sur 2 ans. Ou encore par voie scolaire en première année et de poursuivre en apprentissage sur la deuxième année.

Nous pratiquons aussi la formation au BTS CRC en un an à partir d’un autre BTS (CRCI souvent) afin d’apporter les compétences nécessaires notamment en bureau d’études, d’opérateur qualifié avec les cours de deuxième année sur la règlementation, la qualité et l’homologation.

L’offre de formation est ouverte à la formation pour adulte, avec étude des dossiers sur demande.

Pour ceux qui souhaitent aller au-delà du BTS, cela est possible avec la Licence professionnelle en Conception et mise en forme des matériaux, appelé Conception de surfaces complexes et simulation numériques à l’IUT de Poitiers, partenaire du Lycée Paul Guérin.

Le lycée est très actif dans sa région mais accueille de nombreux jeunes qui viennent de plus loin. Pour exemple, en deuxième année, nous avons 3 élèves de la région Nouvelle Aquitaine, les autres sont de Nice, Lyon, Metz, Orléans, Montluçon, Bourges, Angers, Nantes.
En première année, outre les 8 élèves de Nouvelle Aquitaine, nous avons 2 élèves de la région de Perpignan, 2 de Clermont Ferrand, Orléans et Nantes.
Un accompagnement leur est proposé pour des solutions d’hébergement à prix modéré, lorsqu’ils sont apprentis.

L’interface avec la profession

L’équipe pédagogique collabore avec les professionnels et souligne l’importance de maintenir ce lien pour un accueil et un suivi au mieux des jeunes.  L’accès à l’annuaire des adhérents de la FFC est primordial pour leur assurer l’aide à la recherche d’entreprise.

M. CRUBILLE reste à disposition des professionnels qui peuvent le joindre par mail à l’adresse suivante : francois.crubille@ac-poitiers.fr


IMG_3910.jpg

VIGNAL GROUP accueille la FFC EQUIPEMENTIERS

Le récent Comité de Direction déporté de la FFC Équipementiers s'est tenu à Lyon, à l'invitation de la société française Vignal Systems, qui a accueilli les adhérents de la Fédération durant une journée particulièrement instructive.

Jean Louis COUTIN, président de Vignal GROUP, a accueilli les adhérents de la FFC Equipementiers SIKA, ACK FORANKRA, TRAXION, ROBERT LYE, ALMA ainsi que l'équipe de la FFC et son président Patrick CHOLTON, en préambule du Comité de Direction.

Il a présenté sa société, ses valeurs, avant de proposer une visite guidée des installations. L'occasion de vous en dire un peu plus sur ce fabricant d'équipements d'éclairage, de signalisation et d'éléments de sécurité pour le monde du véhicule industriel.

Léon VIGNAL a créé la société éponyme il y a un peu plus de cent ans. Rachetée en 1989 par VALEO, qui dut opérer un choix cornélien dès 2003. L'équipementier français, conscient des difficultés rencontrées à l'époque, envisage de délocaliser l'ensemble de la production dans l'Est de l'Europe. A moins que l'on ne trouve un repreneur digne de ce nom pour l'activité Vignal.

A cette époque, point de SCOP. Pourtant, Jean Louis COUTIN, cadre chez VALEO, choisit de se lancer dans l'aventure avec trois autres collègues. L'aventure moderne de Vignal Systems peut commencer. Jusqu'en 2014, la société progresse seule, armée de valeurs centrées sur l'innovation et le respect de l'homme, des engagements qui perdurent toujours aujourd'hui. Cette croissance organique va pourtant ouvrir la voie à des opérations de croissance externe à forte valeur ajoutée. Vignal Systems rachète ABL Lights en 2014 aux États-Unis, reprend le Suisse CEA en 2016, et se paie même le luxe de créer sa propre filiale en Chine, Vignal Changhzou.

Ainsi, en 2019, Vignal Systems, devenu Vignal Lighting Group, représente 112 millions d'euros de CA, et réinvestit chaque année 10 % de son CA dans la R&D, nerf de la guerre du secteur, pour faire face aux nombreuses contrefaçons exotiques.

Les leitmotivs de Vignal sont clairs, défendus bec et ongle par son Président. "Vignal conçoit, développe, produit et commercialise en intégralité ses produits", martèle-t-il.

Et l'intégration n'est pas un vain mot, puisque le site de CORBAS, qui emploie environ 250 personnes en trois équipes, tourne jour et nuit pour produire la totalité des composants des éléments d'éclairage du catalogue Vignal. De l'injection plastique jusqu'à l'assemblage final, en passant par la fabrication des cartes électroniques, tout doit être maitrisé ici. La bête noire de Vignal, c'est le PPM. Ces "Parts Par Million" de pièces défectueuses, qui constituent de si précieux arguments auprès des clients constructeurs en première monte, une fierté de l’entreprise. Là où des contrefaçons peuvent pointer à 5 000 ppm, Vignal affirme ne pas dépasser les 50 ppm ! Mais il faut bien admettre que cela coûte…

Les produits Vignal sont sélectionnés par VOLVO Trucks, Renault Trucks, Caterpillar, MAN, DAF, IVECO, MERCEDES, SCANIA, Schmitz, Lamberet…, pour leur qualité, mais ils sont clairement positionnés premium. "Notre stratégie consiste à ne vendre qu'une fois nos produits, pour la durée de vie des véhicules ou des équipements", commente Jean Louis COUTIN. "Ce fonctionnement permet à Vignal de respecter un engagement envers la planète d'une part, tout en satisfaisant la demande des clients constructeurs."

Nous le disions, un tel niveau de qualité finale requiert des lignes de production ultra-modernes, un suivi de la qualité sans faille, et une productivité exceptionnelle. Les investissements ont été colossaux à ce niveau, alors, pour limiter l'impact sur le prix final, Jean Louis COUTIN résonne "en paysan", comme il aime à le rappeler, et fait ainsi preuve de bon sens. Ainsi, les 50 personnes du bureau d'études ne développent pas pour développer. Elles se focalisent exclusivement sur la demande spécifique des clients. Ceci pour dire que dans un produit Vignal acheté en 2020, il est fort probable de retrouver des composants développés il y a plusieurs années. "Nos soudures, collages, joints, systèmes électroniques ont fait leurs preuves, ils fonctionnent, il n’y a aucune raison de les remplacer". Du bon sens on vous dit ! L'autre levier de productivité et donc de rentabilité se trouve dans la standardisation. Beaucoup de composants entrent dans la composition de nombreux éclairages, ce qui permet une flexibilité évidente. Grâce à cette politique, les temps de développement ont été divisés par 5 en 5 ans. Cqfd.

Aujourd'hui, Vignal dispose de 5 usines, réparties entre les Etats-Unis, la Suisse, la France et la Chine. Quel que soit le pays et qu'il s'agisse d'une création ou d'une reprise d'entreprise, la stratégie reste toujours la même. On prend le modèle du site de Corbas, qui fonctionne. Par exemple, on développe les lignes de production à Corbas, on les conçoit selon le cahier des charges et les réglementations locales de la future usine, on la teste, et on l'envoie in fine dans son pays d'exploitation. La garantie d'un site qui fonctionne tout de suite.

Et quand on parle de délocalisation de la production française à l'étranger, Jean Louis COUTIN philosophe : "vous savez, pour atteindre le niveau de qualité que Vignal s'impose, nous automatisons énormément de process, avec des robots, presses d'injections… Par exemple, pour faire fonctionner 12 presses d'injection plastique en France, on utilise 4 opérateurs. Et dans une autre usine dans le monde, c'est la même chose, donc le prix de la main d'œuvre ne présente qu'un impact négligeable".

Une production high tech

Les matières premières en granulés entrent dans des presses, qui vont mouler les cabochons des feux et autres composants. A la sortie des moules, on ajoute par soudure thermique des éléments supplémentaires (catadioptres…), puis les éléments sont préparés en bacs plastique pour entrer dans la ligne d'assemblage, selon le principe bien connu du First-In First-out. L'usine Vignal de Corbas et son modèle industriel sont globalement très inspirés du modèle Toyota, mondialement reconnu de tous pour son efficacité.

A la sortie de l'assemblage des feux, tout part aux expéditions, selon qu'il s'agisse de première monte ou de rechange. Sur ce sujet de la pièce de rechange, il est étonnant de voir que Vignal ne stocke pas de produits pour alimenter la demande des distributeurs. Les lignes de production sont si flexibles que Vignal se permet de fabriquer à la demande. Si une commande de 10 feux arrive par exemple, il ne faut qu'une quinzaine de minutes pour remplacer un moule d'injection sur les presses électriques, contre près de deux heures pour les anciennes presses hydrauliques. De plus, on utilise des composants standards pour de nombreux produits. Ainsi, en comptant les délais d'expédition, le client peut recevoir sa commande en 5 jours !


logo_SIPEV.jpg

La FFC, nouveau partenaire de la Plateforme de la carrosserie durable

L’arrivée de la FFC (Fédération Française de Carrosserie) parmi les partenaires de la Plateforme de la carrosserie durable est un message fort pour le Groupement Peinture Carrosserie du SIPEV et la filière de la réparation-carrosserie. Elle incarne la mobilisation de tous les acteurs clés de la chaîne de valeurs dans l’évolution durable de l’activité carrosserie.

La Fédération Française de Carrosserie (FFC) est dorénavant partenaire de la Plateforme de la carrosserie durable (ex Livre Vert) créée par le Groupement Peinture Carrosserie du SIPEV, en partenariat avec la FNA, le CNPA et le GARAC.

La FFC s’engage ainsi à soutenir le développement de la Plateforme en apportant du contenu, en activant son réseau de diffusion et son rôle de prescripteur.

La FFC unit ses forces au collectif de la réparation-carrosserie

Son statut d'acteur de référence dans la filière automobile / poids lourd et son implication sur tous les sujets touchant à l'avenir des métiers de la mobilité font de la FFC un partenaire de poids. La fédération renforce le trait d’union entre les professionnels de la réparation-carrosserie, déjà établi par la filière mobilisée autour de la Plateforme de la carrosserie durable. « Pour notre Groupement, le partenariat avec la FFC a du sens car nous partageons la même vision d’un avenir durable pour la filière carrosserie, la même envie de mutualiser expertise et expériences, la même conviction de la force du collectif pour faire bouger les curseurs. Nous avons également des positions et des missions très complémentaires qui permettent d’aller plus loin dans nos démarches respectives », détaille Thierry Leclerc, Président du Groupement Peinture Carrosserie du SIPEV. De son côté, Patrick Cholton, Président de la FFC, estime que : « Depuis toujours, la FFC s'est donnée pour mission d'accompagner ses adhérents dans la pérennité de leur entreprise. Nous sommes convaincus que le développement durable constitue un des points essentiels de la performance d'aujourd'hui et de demain dans les ateliers de carrosserie-réparation. En cela, les valeurs défendues par la Plateforme de la carrosserie durable sont en totale adéquation avec notre vision d'un métier responsable ». 

Connexion durable avec toutes les forces vives du marché

Peu à peu, le Groupement Peinture Carrosserie atteint son objectif de fédérer les forces vives de la filière pour mutualiser savoir-faire et connaissances à partager avec le plus grand nombre de professionnels, opérationnels sur le terrain. Entre les fabricants de peinture, les partenaires et les nouveaux ambassadeurs, la FRCI et la SOCCA, la Plateforme concentre un niveau de compétences et d’expertise optimal et dispose d’un puissant levier de connexion et de proximité avec l’ensemble de la profession. Cette communauté d’acteurs de référence partage informations, bonnes pratiques et témoignages avec la même motivation et volonté de faire évoluer durablement l’activité réparation carrosserie.

Priorité aux ressources humaines et à l’attractivité des métiers

Le Livre Vert couvre les thématiques liées à la réglementation, aux produits de peinture, à la sécurité et la gestion du poste peinture de l’atelier. Son évolution vers une notion plus large de la carrosserie durable intègre les ressources humaines et l’attractivité des métiers, en réponse à la problématique majeure de la filière. L’enrichissement du contenu de la Plateforme est l’axe prioritaire du plan d’actions 2020. Au-delà de standardiser les principes du développement durable sur ses trois piliers, l’ambition est d’apporter des solutions pratiques aux carrossiers et leurs équipes, d’encourager l’évolution des parcours professionnels mais également de créer des vocations.


COVID-19: Les Urssaf et les services des impôts prennent des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité économique, et conformément aux annonces du Président de la République le 12 mars 2020, les réseaux des Urssaf et des services des impôts des entreprises (SIE) déclenchent des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises.

 

1. Concernant les cotisations sociales payables auprès des Urssaf

Pour les entreprises :

Les employeurs dont la date d’échéance Urssaf intervient le 15 du mois peuvent reporter tout ou partie du paiement de leurs cotisations salariales et patronales pour l’échéance du 15 mars 2020. La date de paiement de ces cotisations pourra être reportée jusqu’à 3 mois : des informations seront communiquées ultérieurement sur la suite. Aucune pénalité ne sera appliquée.

Quelle est la démarche pour moduler le montant du règlement des cotisations à l’échéance du 15 mars ?

Les employeurs peuvent moduler leur paiement en fonction de leurs besoins : montant à 0, ou montant correspondant à une partie des cotisations.

Premier cas – l’employeur n’a pas encore déposé en ligne sa DSN de février 2020 : il peut la déposer jusqu’au lundi 16 mars 2020 inclus, en modulant son paiement SEPA au sein de cette DSN.

Second cas – Si l’employeur a déjà déposé sa DSN de février 2020 : il peut modifier son paiement de deux façons : ou bien en déposant jusqu’au dimanche 15 mars inclus une DSN « annule et remplace » avec modification du paiement Urssaf ; ou bien jusqu’au jeudi 19 mars à 12h00, en modifiant son paiement Urssaf (attention, seulement si l’employeur est à l’échéance du 15) selon un mode opératoire disponible sur le site urssaf.fr http://www.dsn-info.fr/documentation/telepaiement-services-urssaf.pdf

Troisième cas – l’employeur règle ses cotisations hors DSN : il peut adapter le montant de son virement bancaire, ou bien ne pas effectuer de virement.

Si l’employeur ne souhaite pas opter pour un report de l’ensemble des cotisations et préfère régler les cotisations salariales, il peut échelonner le règlement des cotisations patronales, comme habituellement. Pour cela, il peut se connecter à son espace en ligne sur urssaf.fr et signaler sa situation via la messagerie : « Nouveau message » / « Une formalité déclarative » / « Déclarer une situation exceptionnelle ». Il est également possible de joindre l’Urssaf par téléphone au 3957 (0,12€ / min + prix appel).

Pour les employeurs dont la date d’échéance intervient le 5 du mois, des informations leur seront communiquées ultérieurement, en vue de l’échéance du 5 avril.

Dernier point : un report ou un accord délai est également possible pour les cotisations de retraite complémentaire. Les employeurs sont invités à se rapprocher de leur institution de retraite complémentaire.

Pour les travailleurs indépendants :

L’échéance mensuelle du 20 mars ne sera pas prélevée. Dans l’attente de mesures à venir, le montant de cette échéance sera lissé sur les échéances ultérieures (avril à décembre).

En complément de cette mesure, les travailleurs indépendants peuvent solliciter :

-       l’octroi de délais de paiement, y compris par anticipation. Il n’y aura ni majoration de retard ni pénalité ;

-       un ajustement de leur échéancier de cotisations pour tenir compte d’ores et déjà d’une baisse de leur revenu, en réestimant leur revenu sans attendre la déclaration annuelle ;

-       l’intervention de l’action sociale pour la prise en charge partielle ou totale de leurs cotisations ou pour l’attribution d’une aide financière exceptionnelle.

Quelles démarches ?

Artisans ou commerçants :

  • Par internet sur secu-independants.fr, Mon compte pour une demande de délai ou de revenu estimé
  • Par courriel, en choisissant l'objet « Vos cotisations », motif « Difficultés de paiement »
  • Par téléphone au 3698 (service gratuit + prix appel)

Professions libérales :

  • Par internet, se connecter à l’espace en ligne sur urssaf.fr et adresser un message via la rubrique « Une formalité déclarative » > « Déclarer une situation exceptionnelle ».
  • Par téléphone, contacter l’Urssaf au 3957 (0,12€ / min + prix appel) ou au 0806 804 209 (service gratuit + prix appel) pour les praticiens et auxiliaires médicaux.

2. Concernant les impôts payables auprès des services des impôts des entreprises (SIE) de la DGFiP

Pour les entreprises (ou les experts-comptables qui interviennent pour des clients dans cette situation), il est possible de demander au service des impôts des entreprises le report sans pénalité du règlement de leurs prochaines échéances d'impôts directs (acompte d'impôt sur les sociétés, taxe sur les salaires).

Si elles ont  déjà réglé leurs échéances de mars, elles ont peut-être encore la possibilité de s’opposer au prélèvement SEPA auprès de leur banque en ligne. Sinon, elles ont également la possibilité d'en demander le remboursement auprès de leur service des impôts des entreprises, une fois le prélèvement effectif.

Pour les travailleurs indépendants, il est possible de moduler à tout moment le taux et les acomptes de prélèvement à la source.  Il est aussi possible de reporter le paiement de leurs acomptes de prélèvement à la source sur leurs revenus professionnels d’un mois sur l’autre jusqu’à trois fois si leurs acomptes sont mensuels, ou d’un trimestre sur l’autre si leurs acomptes sont trimestriels. Toutes ces démarches sont accessibles via leur espace particulier sur impots.gouv.fr, rubrique « Gérer mon prélèvement à la source » : toute intervention avant le 22 du mois sera prise en compte pour le mois suivant.

Pour les contrats de mensualisation pour le paiement du CFE ou de la taxe foncière, il est possible de le suspendre sur impots.gouv.fr ou en contactant le Centre prélèvement service : le montant restant  sera prélevé au solde, sans pénalité.

Pour faciliter l'ensemble des  démarches, la DGFiP met à  disposition un modèle de demande, disponible sur le site impots.gouv.fr, à adresser au service des impôts des entreprises.

=> Voir « Documentation utile » à la page: https://www.impots.gouv.fr/portail/node/9751

Pour toute difficulté dans le paiement des  impôts, ne pas hésiter  à se rapprocher du service des impôts des entreprises, par la messagerie sécurisée de  leur espace professionnel, par courriel ou par téléphone.


De gauche à droite : Régis AUDUGE, Directeur Général du SPP, Christophe ROLLET, Directeur Général de Point S Group et Vice Président Trésorier du SPP Michel VILATTE, Président du SPP Patrick CHOLTON, Président de la FFC, Didier DUGRAND, Délégué Général de la FFC

La FFC et le SPP signent une alliance stratégique

La Fédération Française de Carrosserie et le Syndicat des Professionnels du Pneumatique viennent de s’engager dans un partenariat à long terme, destiné à favoriser les synergies et les échanges entre les deux organisations professionnelles, dans l'intérêt de la Filière.

Depuis plusieurs mois, la Fédération Française de Carrosserie (FFC) et le Syndicat des Professionnels du Pneumatique (SPP) échangent par le biais de leurs présidents respectifs, Patrick CHOLTON et Michel VILATTE. Tous deux convaincus des synergies potentielles entre les deux organisations professionnelles, ils décident aujourd'hui de se rapprocher, afin de tisser des liens encore plus étroits.

Pour Michel VILATTE, président du SPP : "les métiers représentés par le SPP et la FFC partagent des problématiques communes. En cela, il nous est apparu évident de partager nos expériences, dans l'intérêt de tous les adhérents, en toute transparence et indépendance".

Préalablement à la signature de cette convention de coopération, de nombreuses pistes de travail avaient été évoquées.

Dans l'industrie du pneumatique comme dans celle du véhicule léger ou industriel, les mutations technologiques attendues sont immenses et revêtent des enjeux colossaux pour les professionnels. A ce titre, au sein de la FFC et du SPP naitront des commissions métiers croisées en vue de mieux décrypter et adapter les problématiques des uns aux besoins des autres.

D'autre part, les réglementations imposent des seuils de plus en plus bas à respecter en matière de réduction des émissions de CO2. La course à l'allègement pour les constructeurs, les équipementiers et les carrossiers peut positivement bénéficier des avancées des manufacturiers dans le domaine de la performance environnementale et, dans le même temps, aider à valoriser les services que déploient les réseaux adhérents du SPP dans la gestion des pneumatiques, (notamment Poids lourds) par le biais de systèmes digitaux de plus en plus précis et efficaces.

Au-delà de ces aspects très opérationnels, allant vers un engagement commun dans la réussite de la Filière, la FFC et le SPP collaboreront activement pour que la visibilité des activités liées au pneumatique soit améliorée sur les salons EQUIP AUTO et SOLUTRANS. Le renforcement d’un pôle d'exposants contribuant à une meilleure mis en avant, mais également des actions de promotion destinées à valoriser le pneumatique…, sont d'ores et déjà à l'étude. Le Village pneumatiques se verra ainsi densifié, et sera soutenu par des ateliers thématiques et un programme de conférences dédié, bref, une présence à la hauteur de l'importance que revêt le pneumatique dans la Filière. Il est d'ailleurs prévu que le SPP intègre le Comité d'orientation de SOLUTRANS.

Les professionnels du SPP participeront également aux colloques SOLUCAR organisés chaque mois en région par la FFC Mobilité Réparation et Services. Une belle occasion de rencontrer les professionnels de l'Automobile sur le terrain, et leur décrire les évolutions du secteur pneumatique, ses enjeux, et les dispositifs pour les accompagner au quotidien.

De même, le SPP bénéficiera d'une exposition de choix lors des Rencontres de la Filière du Véhicule Industriel et Urbain le 17 novembre prochain au Matmut Stadium Gerland de Lyon, organisées par la FFC. L'occasion notamment d'échanger avec les constructeurs VI, les équipementiers, les institutionnels et les politiques, sur les nombreux enjeux des uns et des autres.

Autre enjeu primordial, les professionnels de la FFC et du SPP peinent à recruter, et ce, dans tous les pans de leur activité. La FFC et le SPP vont ainsi unir leurs forces dans l'intérêt commun, puisque la FFC ouvre la plateforme Mobili'JOB aux offres publiées sur le site jobs-pneu.fr du SPP, permettant ainsi un élargissement considérable de son audience.

Mobili'JOB est le "JobBoard " créé par la FFC pour toute la Filière. Cet outil s'est donné pour vocation de devenir le lieu unique pour recruteurs et candidats qui désirent intégrer le secteur du véhicule léger ou industriel, de la construction aux services.

Dans le cadre de cet étroit partenariat, il est enfin prévu le partage des études et statistiques diligentées par les deux organisations professionnelles. De sorte que l'expertise des deux secteurs se confronte, dans l'intérêt de tous.

En résumé, "S'impliquer conjointement, pour un contexte règlementaire et législatif favorable au développement des adhérents, identifier et analyser les évolutions technologiques, sociétales, de modes de consommation, susceptibles d’impacter l’activité de nos secteurs économiques, mettre en œuvre des actions de promotions et de communication au sein de la Filière Automobile, du Véhicule industriel et urbain et du pneumatique ainsi que des métiers connexes…, telles sont les premières missions identifiées de cette toute nouvelle alliance stratégique", conclut Patrick CHOLTON.


trax 2.jpg

TRAXION et CHICAGO PNEUMATIC entrent à la FFC Equipementiers

Deux nouvelles recrues de choix viennent grossir les rangs de la branche Équipementiers de la FFC. Deux belles entreprises qui font confiance à la FFC dans son rôle d'accompagnement des professionnels de la filière.

TRAXION tout d’abord, est spécialisé dans la conception et la distribution de systèmes d’attelages pour véhicules utilitaires et industriels. La société compte, parmi ses partenaires et clients, tous les acteurs majeurs du secteur des véhicules industriels (constructeurs, carrossiers, distributeurs…). Avec une expertise particulière et une gamme  particulièrement complète de crochets, traverses, barres anti-encastrement (BAE), anneaux, timons, flèches, essieux 3,5T…
Pour sa part, Chicago Pneumatic est un acteur reconnu des compresseurs, outils et équipements pneumatiques, notamment pour l’automobile et l’industrie. Le groupe propose également une gamme complète d’outils sur batteries qui offrent le meilleur niveau de puissance et de couple. Compacts et légers, ils sont conçus pour procurer un maximum de confort, de flexibilité et de sécurité aux utilisateurs.

Ces deux entreprises feront l’objet d’une présentation plus détaillée dans nos prochains numéros du magazine Carrosserie. 


Entrée salon Francis Mainard_5.JPG

SOLUTRANS 2019, les succès d'une 15ème édition particulièrement riche

Le plus grand rassemblement européen de véhicules industriels et urbain électriques a tenu toutes ses promesses. Au soir du 23 novembre, SOLUTRANS affichait un visitorat en hausse de plus de 11 %, et surtout une satisfaction des exposants et des visiteurs tout à fait inédite et exceptionnelle.

De l'aveu unanime de tous les exposants croisés dans les allées, et depuis la clôture du Salon, SOLUTRANS 2019 restera dans les mémoires pour le climat d'affaires ayant régné à Lyon pendant 5 jours. La FFC, propriétaire du Salon, se savait attendue, après l'édition exceptionnelle de 2017. Et le contrat est rempli a bien des égards.

Pari Gagné !

SOLUTRANS occupait cette année un hall supplémentaire à Eurexpo LYON, pour faire face aux nombreuses demandes et à l'augmentation des surfaces voulue par plusieurs exposants majeurs. L'ensemble des espaces a donc été commercialisé largement en avance, et a drainé un flux quasi continu de plus de 50 000 visiteurs. Patrick CHOLTON, président de la FFC et de SOLUTRANS, voit en ce succès le résultat d'une organisation singulière de l'évènement. "J'ai toujours voulu répartir les constructeurs VI, qui sont de véritables locomotives pour les visiteurs, dans plusieurs halls. Ce qui génère automatiquement un flux plus homogène dans les allées, en limitant les zones peu visitées". Un sentiment d'affluence et de bonne humeur qui n'a pas échappé à la presse et aux observateurs. En effet, le jeudi 21 novembre au soir, plusieurs heures après la fermeture du salon, on avait l'impression qu'il était encore ouvert aux visiteurs ! Pas moins de 26 évènements festifs avaient ainsi été déclarés ce soir-là sur les stands, démontrant la volonté de tous de se retrouver dans un contexte convivial.
Il faut d'ailleurs insister sur l'implication des exposants, qui ont largement contribué au succès du Salon. En effet, ils ont, dans leur très grande majorité, pris l'évènement à leur compte. Présentation de premières mondiales pour certains, animations pour d'autres, innovations, concepts, tous ont compris qu'un salon est bien plus qu'une exposition. SOLUTRANS se place en véritable média d'envergure pour installer sa présence sur le marché.

Contenu plébiscité

Pour soutenir toutes ces initiatives, SOLUTRANS devait concentrer sur ces 5 jours un maximum de données sur les enjeux de notre filière. Chose faite avec un programme de plus de 50 conférences thématiques, qui ont remporté un très grand succès. A tel point qu'il a fallu répartir ces réunions dans trois espaces distincts. La salle de conférence principale, baptisée Norbert DETOUX et intégrée à l'architecture du stand FFC, a notamment accueilli la plénière d'ouverture du Salon, largement consacrée au contenu du Livre Blanc "L'électricité pour la Filière du Véhicule Industriel et Urbain". Cet ouvrage, disponible sur demande auprès de la FFC, est le fruit du travail du Groupe de Travail Filière Métier (GTFM) dont le pilotage a été confié à la FFC par la PFA, en partenariat avec le COFIT et l'AVERE. Dans le Hall 3, les conférences consacrées au secteur pneumatique ont tenu toutes leurs promesses, sur un sujet décidément majeur pour les transporteurs. Enfin, la troisième salle de conférence se tenait dans le hall 5, et accueillait principalement les interventions ayant trait à l'innovation dans la filière, grâce à notre partenaire CARA. En tout, plus de 1 500 visiteurs ont assisté à une conférence.

Une inauguration d'envergure

Revenons sur un point qui a quelque peu entaché notre enthousiasme. SOLUTRANS 2019 a été inauguré le mardi 19 novembre. Nous attendions la venue de Jean Baptiste DJEBBARI, secrétaire d'Etat aux Transports, qui devait ainsi manifester le soutien du gouvernement aux initiatives de notre Filière. Tandis que les pouvoirs publics rappellent sans cesse leur respect des industriels engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, tandis qu'Emmanuel MACRON apporte son Haut Patronage au salon SOLUTRANS, nous apprenons la veille de l'évènement que M. DJEBBARI annule sa venue sur le "Plus Grand Rassemblement Européen des Véhicules Industriels et Urbains Electriques" !
Une déception, certes. Une surprise, assurément. Un sentiment d'abandon, complètement.
La filière du véhicule industriel compte parmi les plus innovantes, les plus en avance dans le domaine de l'électromobilité. Notamment grâce à des échanges privilégiés avec la Suède, particulièrement impliquée dans l'électromobilité, qui ont abouti à la signature d'un accord de développement entre le premier Ministre suédois et Emmanuel MACRON en personne, dès 2017. On rappelle également l'avance du secteur poids lourd sur l'Automobile. En effet, les réglementations en termes de sécurité ou bien de pollution touchent toujours les véhicules industriels en premier, contraignant les industriels à réagir. En l'absence de M. DJEBBARI, notre salon a donc ouvert ses portes dans la plus grande indifférence des pouvoirs publics nationaux…

Passée cette déception de courte durée, nous avons tout de même pu compter sur la présence massive d'autres institutionnels, puisque SOLUTRANS a été inauguré par Gérard COLLOMB, Maire de Lyon et ancien Ministre, David KIMELFELD, Président de la Métropole du Grand Lyon, Etienne BLANC, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Veronika WAND-DANIELSSON, Ambassadeur de Suède en France, Christian PEUGEOT, Président du CCFA et de l’OICA, Emmanuel AUBRY, préfet, Secrétaire Général de la préfecture du Rhône - préfet délégué pour l'égalité des chances, et bien d’autres.

Deux soirées mémorables

Impossible de parler innovation sans évoquer le fameux concours des I-nnovation AWARDS, (anciennement Prix de l'Innovation), repris par la FFC dans un format revisité (jury élargi, critères d'attribution revus) et une remise de prix dynamisée. Au soir du premier jour du Salon, plus de 300 convives se sont réunies à la CCI de Lyon, pour assister à la première remise des I-nnovation AWARDS. La cérémonie a récompensé les sociétés, Dhollandia, Frappa, G-Keep, Kerstner, Lamberet, Lecapitaine, tandis que les tout nouveaux prix Joseph LIBNER, ont été remis à Chereau et Jonesco, pour la dimension environnementale de leur innovation.

Pas de répit puisque le lendemain, le salon fut le théâtre d'une autre soirée tout à fait exceptionnelle, le désormais célèbre Diner de Gala de SOLUTRANS. La totalité du hall 2.2 avait été privatisée par l'organisation, puis habillée et décorée par "La Sphère des Possibles", notre partenaire historique, afin d'accueillir les 1 200 personnes qui participaient au Diner. En marge d'un menu gastronomique préparé pour l'occasion, les convives ont pu assister à la remise des prix internationaux "Truck of the Year", "Van of the Year", "Pick-up Award", et "Truck Innovation Award", avec une scénographie spectaculaire durant laquelle les véhicules traversent la salle en roulant jusqu'à la scène sous les applaudissements.
C'est aussi durant le Diner de Gala que Mme Veronika WAND-DANIELSSON, Ambassadeur de Suède en France, a reçu le prix de l'Homme de la Filière 2019, pour le soutien qu'elle apporte au quotidien dans les relations France-Suède sur le sujet des mobilités propres.

Côté festif, les invités assistèrent ensuite pendant plus d'une heure et demie à un concert inédit des Rabeats, seul groupe reconnu et adoubé par Paul Mc CARTNEY, qui reprend les plus grands succès des Beatles. Puis, en fin de soirée, c'est le groupe Boney M qui a revisité ses plus grands tubes et fait danser les plus motivés.

L'emploi, sujet fil rouge de SOLUTRANS

Il y a deux ans, au sortir de SOLUTRANS 2017, plusieurs exposants avaient demandé à ce que le Salon prenne des initiatives fortes dans le domaine de l'emploi. En effet, l'ensemble de la Filière est en recherche de plus de 40 000 postes, à pourvoir immédiatement.
SOLUTRANS était le lieu idéal pour traiter le sujet. La FFC et son service Formation ont organisé plusieurs sessions de Job Dating, en partenariat avec l'AFTRAL et Pôle Emploi, afin de favoriser les rencontres entre les demandeurs d'emploi et les recruteurs. Près de 50 entreprises se sont ainsi mises à la disposition de plus de 200 candidats, sur le stand de la FFC. Elles avaient environ 15 minutes pour présenter leur offre et comprendre les motivations du candidat, avant qu'il n'aille faire connaissance avec une autre proposition. In fine, en un lieu et en quelques heures, un demandeur d'emploi repartait de SOLUTRANS avec un panorama précis de son potentiel, et souvent des propositions concrètes. Profitant de la présence importante de jeunes et de professionnels en recherche d'emploi, sans oublier des nombreuses sociétés qui recrutent, la FFC a lancé un outil informatique pour la filière sur cette problématique. Mobili'JOB est une plateforme de mise en relation entre candidats et recruteurs, qui se donne pour mission de rassembler en un lieu toutes les offres et demandes, afin de leur donner un maximum de visibilité. L'idée consiste donc désormais à fédérer l'ensemble des acteurs autour du projet, afin qu'ils y versent toutes leurs demandes. L'outil étant dédié à la filière et à sa pérennité, il est ouvert et complètement gratuit pour tous. Sa performance et sa pertinence seront intimement liés à son niveau d'appropriation par les acteurs de la Filière.

SOLUTRANS, engagé dans la revalorisation du véhicule industriel

Et pour contribuer à assurer la pérennité de la Filière, SOLUTRANS a tissé un partenariat avec Autoroute Info - 107.7, qui lui a offert une audience grand public quotidienne de près de 11 millions de personnes. Un dispositif inédit qui a permis de revaloriser la filière camion au travers de 20 directs durant 5 jours. Les sujets mis en avant portaient notamment sur la sécurité, la pollution, les idées reçues, l'innovation technologique, la formation et l'emploi… L'ensemble des interventions est disponible en libre accès sur le site de la FFC. L'occasion pour tous d'écouter ou réécouter les experts les plus avisés qui s'expriment avec passion sur notre filière.  

SOLUTRANS 2019 est un salon réussi à bien des égards. Et si la FFC a géré l'évènement en chef d'orchestre, nous voulons associer notre partenaire organisateur, Comexposium, ainsi que les 70 partenaires, entreprises ou institutionnels, qui ont œuvré de près ou de loin pour faire de cette édition une réussite. Merci encore à tous pour votre implication au service de la Filière.