VI-VUL : La FFC lance l'étude paneuropéenne VIsion'AIR

VI-VUL : La FFC lance l'étude paneuropéenne VIsion'AIR

La situation exceptionnelle vécue par notre filière, ainsi que les difficultés économiques ou incertitudes qui en résultent, ont renforcé le besoin des professionnels en termes d’anticipation de leurs marchés. C’est pourquoi la FFC et son président, Patrick CHOLTON, ont pris l’initiative de financer une étude multi-clients exceptionnelle, portant sur l’avenir du mix énergétique des véhicules industriels en Europe, à l’horizon 2040. Cette étude globale sera réalisée par Le BiPE et BDO Advisory, partenaires de longue date de la FFC.

L’étude VIsion’AIR établira, pour la première fois en Europe, une analyse du mix de motorisation selon différents angles (par pays, par segment, par année, par grande catégorie de véhicule), ainsi que leur contribution carbone. Ce qui permettra à tous les professionnels de la Filière d’anticiper une photographie des marchés à l’horizon 2040 et de se mettre ainsi en phase avec les objectifs de la Commission Européenne.

Concernant le mode opératoire, Le Bipe et BDO Advisory vont établir un modèle de projection complexe, intégrant de nombreuses données fournies par les participants à l’étude, constructeurs VI, constructeurs VUL, transporteurs, chargeurs…

Il s’agira notamment d’agréger, au sein de la modélisation, les projections de parc, le coût total de possession, le mix powertrain par marque, les stratégies, l’évolution des infrastructures et la fiscalité par pays…). Puis de les corréler avec les données structurantes du secteur, dans les 27 pays d’Europe. Nous parlons là des conséquences de la mise en place de VECTO par exemple, ou bien des usages des véhicules, des compatibilités d’usage des différentes énergies ou des scénarios économico-réglementaires.

En novembre 2021, l’étude VIsion’AIR offrira, pour la première fois, une photographie précise, basée sur des projections fiables, du mix énergétique dans chaque pays d’Europe à l’horizon 2040. La modélisation de VIsion’AIR permettra également de comparer le coût total de chaque segment pour un usage donné. Le segment capable de l’usage demandé et présentant le Coût Total de Possession le plus bas se verra ainsi attribuer une part de marché plus importante par le modèle.

Le surcoût d’usage du carburant alternatif sera lui aussi précisément analysé.
Le véhicule thermique à moteur diesel est aujourd’hui la référence dans toutes les missions des véhicules lourds. Les carburants alternatifs ne pouvant pas répondre aux mêmes exigences selon les usages, le remplacement d’une flotte diesel par une flotte à carburant alternatif (gaz, électricité, hydrogène) nécessitera des ajustements en nombre de véhicules. VIsion’AIR intègrera cette contrainte par un surcoût qui variera selon la capacité d’un véhicule à énergie alternative à répondre à la mission.

La présentation officielle de l’étude se fera le 17 novembre 2020 au Matmut Stadium de Lyon-Gerland, dans le cadre des Rencontres de la Filière. Les résultats sont attendus pas moins d’un an plus tard, dans le cadre du Salon SOLUTRANS, propriété de la FFC. VIsion’AIR sera ensuite mise à jour tous les deux ans.


Jean-Claude STOPNICKI (EUROPA) nous a quittés

Jean-Claude STOPNICKI (EUROPA) nous a quittés

Nous avons le regret d’annoncer le décès de Jean-Claude STOPNICKI, Président Directeur General de la société EUROPA, survenu le 25 juillet 2020 dernier à Neuilly-sur-Seine (92) à l’âge de 81 ans.

  • Jean-Claude STOPNICKI, bien connu dans l’industrie automobile et du poids lourd, avait dédié sa carrière toute entière à l’entreprise EUROPA, qu’il avait fondée en 1982 aux côté de Jean Michel CHARPENTIER, lui-même toujours directeur Général. EUROPA conçoit et fabrique dans son usine de Doullens (Somme), des cabines de peinture automobile, poids lourd, aires de préparations, laboratoire et toutes industries.

    Le départ de Jean-Claude STOPNICKI laisse un grand vide au sein de la société, qu’il avait marquée de son empreinte indélébile. Pour Jean Michel CHARPENTIER : « nous formions véritable une équipe, que j’estime performante. Je m’occupais du développement technique, tandis que lui se chargeait des ventes. Il connaissait parfaitement ses marchés, et nous travaillions sur une doctrine commune. Je m’étais donné pour mission de fabriquer pour le moins cher possible, tandis que lui s’engageait à vendre le plus cher possible ! »

    En bon autodidacte, Jean-Claude STOPNICKI travaillait à l’instinct, et était très attaché à son entreprise, scandant qu’une entreprise a deux valeurs, l’une comptable, l’autre immatérielle. Aujourd’hui, EUROPA est en effet un fabricant qui compte dans le paysage, et c’est en partie grâce à lui. A la FFC, nous nous souviendrons de la dernière édition d’EQUIP AUTO, en 2019, à laquelle EUROPA participait, au sein du Village Carrosserie. Nous gardons l’image d’un commercial né, qui vantait les mérites de la nouveauté d’alors, la cabine connectée d’EUROPA, qui a depuis remporté un franc succès. La FFC et son président, Patrick CHOLTON, présentent leurs condoléances à la famille de Jean-Claude STOPNICKI ainsi qu’aux équipes d’EUROPA.


WLTP_calendrier_2.png

La FFC CONSTRUCTEURS obtient une dérogation fin de stock pour les Euro 6 sans ISC

Après les véhicules particuliers et les véhicules N1 classe I, la norme Euro 6-2 avec ISC devient, au 1er septembre 2020, une obligation en vue de l’immatriculation des véhicules utilitaires N1 et N2 de classe II et III.
Les essais de conformité pendant le durée de vie du véhicule (ISC : In Service Conformity) font leurs entrées pour ces classes.

Les constructeurs se devaient de préparer leur planning de production afin qu’au-delà du 1er septembre 2020, tous les véhicules produits à immatriculer répondent :

  • aux règlements CE 715/2007 modifié par 2017/115*2018/1832/UE

L’immatriculation d’un véhicule des catégories et classes ci dessus ne possédant pas un équipement de dépollution normé Euro 6-2 avec ISC ne sera plus possible à partir du 1er septembre 2020.

Ces applications des règlements européens engendrent un grand nombre de questions et surtout une gestion particulière des véhicules de fin de stock pour lesquels l’immatriculation interviendra au-delà du 1er septembre 2020.

N.B. : Les véhicules concernés sont ceux qui possèdent dans leur Certificat de Conformité CE (CoC) rubrique « Performances environnementales » au point N°47. "niveau des émissions d'échappement" : 
- pour les véhicules de type Euro 6 le couple de lettres suivantes : AE, AF, BH, BI, AK, AL 

Exemple :

Si vous possédez des véhicules sur parc non-carrossés ou des véhicules en cours de carrossage, nous vous invitons à vous rapprocher de la FFC CONSTRUCTEURS afin de bénéficier de la dérogation obtenue avant le 31 août 2020.

 


Dominique Stempfel, nouveau Président du SPP

Dominique Stempfel, nouveau Président du SPP

Les administrateurs du Syndicat des Professionnels du Pneu viennent de nommer un nouveau président, Dominique Stempfel. Il succède à Michel Vilatte qui n’a pas souhaité se représenter pour un troisième mandat après 6 années de présidence mais qui reste actif au sein de l’organisation en qualité de vice président en charge des relations extérieures.

  • Agé de 66 ans, Dominique Stempfel a consacré 47 années au commerce du pneumatique et de la jante. Il a débuté sa carrière en 1973 comme commercial chez Dunlop, avant de prendre en charge la direction de la filiale camerounaise servant de base commerciale pour l’Afrique Equatoriale.

    De retour en France, il prend la responsabilité de la région Nord, puis rejoint le siège de Dunlop comme directeur de la communication et comme responsable du marketing pneumatique tourisme, avant de revenir en région sur le sud-est pour accompagner le développement du réseau intégré du manufacturier.

    Il assure ensuite, au sein du groupe Massa, la direction commerciale d’Imagine Car, pour développer l’activité jantes alu avec les marques Antera, Mille Miglia et OZ.

    Son expérience acquise dans les deux domaines l’amène à prendre la double direction commerciale de Cesam (jantes alu) et de Yokohama France (pneumatiques).

    Passionné par le pneu et son marché, il décide en 2014 de prolonger son activité professionnelle comme consultant chez Allopneus.com, en particulier sur les questions de développement commercial et de communication.

    La gouvernance

    Aux côtés du nouveau Président, Christophe Rollet (Directeur Général de Point S France) a été réélu vice-président trésorier et Frédéric Livenais (Directeur de Cailleau Pneus) vice-président.

    Les administrateurs ont souhaité que Michel Vilatte reste actif au sein du syndicat en lui confiant le poste de vice-président en charge des relations extérieures. Il conserve les sièges qu’il occupait jusqu’à présent au sein des diverses instances de gouvernance, notamment celles du Syndicat des Professionnels du Pneu, de l’APAM, de l’Union Routière de France, etc .

    « Je tiens à remercier Michel Vilatte pour le remarquable travail qu’il a effectué durant ces 6 dernières années en tant que président du SPP mais également au sein de l’ASAV puis de l’APAM. Il a largement contribué à renforcer l’image et la crédibilité de notre organisation et s’est constamment attaché à renforcer les liens avec l’ensemble de nos confrères de la filière automobile.

    De nouveaux challenges nous attendent. En premier lieu, nous allons devoir gérer au mieux la sortie de crise sanitaire et économique.

    Je souhaite également mettre l’accent sur l’information et la pédagogie en communiquant davantage auprès du grand public sur le thème de la sécurité et sur la nécessité d’avoir des pneumatiques en bon état et bien adaptés, en toutes saisons, aux conditions de circulation.

    Enfin, il me paraît fondamental de valoriser l’image des professionnels et des métiers du pneu, en particulier pour aider nos adhérents à attirer de bons collaborateurs, alors qu’ils sont confrontés à des difficultés de recrutement depuis de nombreuses années.”

    Dominique STEMPFEL

    Président, Syndicat des Professionnels du Pneu


Le GARAC obtient l'habilitation pour les CQP dédiés aux véhicules anciens

Le GARAC obtient l'habilitation pour les CQP dédiés aux véhicules anciens

Pour la rentrée automobile de septembre 2020, c’est donc deux nouveaux CQP qui viennent compléter l’offre de formation en réparation, en y apportant la spécialisation dans le domaine des véhicules de collection.

  • Le CQP Mécanicien Réparateur de Véhicules Anciens et Historiques : prépare les futurs professionnels à la réalisation des opérations d’entretien, de maintenance et de restauration des éléments mécaniques de tout type de véhicules anciens et historiques.
  • Le CQP Carrossier Tôlier Formeur de Véhicules Anciens et Historiques: prépare les futurs professionnels à la réalisation des opérations de rénovation et de reconstruction d’éléments de carrosserie.

Ces certifications complètent un diplôme déjà validé et permettent d’acquérir la maîtrise des anciennes technologies (méthodes et outils adaptés).

Elles sont principalement dispensées dans le cadre de contrats de professionnalisation et leur durée variera de 14 à 24 mois pour le premier métier et de 12 à 18 mois pour le second.

 

Quatre établissements situés dans les régions Occitanie, Île-de-France, Hauts-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes ont été sélectionnés pour préparer les premières sessions. Et pour la Région Ile de France, Il s’agit du GARAC qui dispensera les deux formations.

Pour le Président du GARAC, Raymond Vié, « C’est pour nous une excellente nouvelle d’avoir été choisis. Mais l’heure est à la modestie. Nous n’avons pas la prétention d’avoir la science infuse. Contrairement aux apparences, la formation à la réparation de véhicules anciens et historiques demande beaucoup de savoir-faire et de connaissances. Nous allons marier le savoir- faire de nos enseignants avec celui d’experts de ces spécialités dont la longue expérience est irremplaçable. Cela va créer une dynamique extraordinaire et satisfaire pleinement les jeunes et moins jeunes qui s’inscrivent à ces deux formations et qui sont de véritables passionnés des véhicules anciens ».

Outre les compétences humaines, le GARAC s’est doté de matériels et de véhicules anciens et historiques pour ces formations en alternance. Une démarche inscrite dans la dynamique du rassemblement de véhicules anciens et historiques « les 3 heures du GARAC ».

 

Pour en savoir plus :

GARAC : https://www.garac.com/

L’ANFA : https://www.anfa-auto.fr/

L’OPCO Mobilités : https://www.opcomobilites.fr/


Présentation et programme des Rencontres de la Filière 2020

Présentation et programme des Rencontres de la Filière 2020

En 2018, la FFC et son président, Patrick CHOLTON, ont décidé de concevoir un évènement en alternance avec le salon SOLUTRANS, qui réunit les acteurs de la filière des véhicules industriels et urbains (VUL, PL) autour des grands sujets qui l’animent.

La prochaine édition des Rencontres de la Filière se tiendra

le 17 novembre prochain 

au Matmut Stadium de Lyon – Gerland

Tous les détails de cette journée exceptionnelle ci-dessous


BENNES ÉQUIPÉES DE RIDELLES HYDRAULIQUES : MESURE MAJEURE IMPACTANT LES VÉHICULES NEUFS ET EN CIRCULATION

Après plus de 18 mois d’échanges entre le Ministère du Travail (DGT), la FFC CONSTRUCTEURS, les représentants des utilisateurs et les organismes préventeurs, l’Avis aux constructeurs de châssis, fabricants, importateurs, distributeurs, loueurs et utilisateurs de bennes basculantes mues hydrauliquement est paru au Journal Officiel du 14 juillet 2020. Il rentre donc en application le 15 juillet 2020.

Associé à cet avis, la note technique du 2 juillet 2020 a été publiée le 30 juillet au Bulletin Officiel Travail.

Vous trouverez les textes officiels dans notre base réglementaire en CLIQUANT ICI.

En parallèle une note technique relative aux solutions de mise en conformité et en sécurité des bennes basculantes hydrauliques équipées de ridelles hydrauliques complétera cet avis et sera publiée au Bulletin Officiel « Travail, Emploi, Formation professionnelle » d’ici la fin du mois.

Ces publications constituent la réponse législative française aux accidents survenus dans le cadre d’exploitation des bennes mues hydrauliquement et équipées de ridelles hydrauliques, notamment l’accident dramatique de Rochefort du 11 février 2016.

Ces équipements sont considérés comme des machines aux sens des articles 1 et 2 de la directive 2006/42/CE.

Les nouvelles exigences se traduisent en synthèse comme suit :

 

 

Actions

 

 

Délais de mise en œuvre (*)

Constructeurs de châssis, fabricants, loueurs et autres responsables de la mise sur le marché Equiper à la conception les camions bennes d’une alarme sonore et/ou visuelle Six mois
Equiper à la conception les camions bennes d’un dispositif technique permettant de limiter la vitesse du véhicule, alimentation hydraulique désactivée, lorsqu’une ridelle est ouverte. Douze mois
Employeurs utilisateurs Inventaire et échéancier Six mois
Mise en sécurité au moyen d’une alarme sonore et/ou visuelle - Deux ans pour les machines mises sur le marché à partir du 1er septembre 2014

- Trois ans pour les machines mises sur le marché avant le 1er septembre 2014

(*) Les délais courent à compter de la publication du présent avis (14/07/2020).
La FFC CONSTRUCTEURS remercie ses adhérents qui ont participé activement à ces travaux avec les pouvoirs publics et salue les équilibres trouvés dans la rédaction finale, notamment en termes d’objectifs d’accroissement de la sécurité pour les usagers de la route et de clarification des responsabilités pour les différentes parties prenantes.

L’équipe technique de la FFC CONSTRUCTEURS se tient à votre disposition pour toute question relative à la mise en œuvre de cette nouvelle mesure.


L’Europe impose un système de surveillance du marché à chaque Etat Membre

En cours de constitution et de mise en place en 2019, la France a officialisé son service de surveillance du marché des véhicules et des moteurs le 10 juin 2020 par plusieurs arrêtés, décrets et ordonnances.

Ce service dénommé SSMVM est une obligation des états membres de l’UE, afin de répondre à l’exigence de l’article 6 du règlement cadre 2018/858/UE.
Cette autorité a pour mission d’effectuer des contrôles réguliers afin de vérifier la conformité des véhicules à moteur, remorques, systèmes, composants et entités techniques distinctes ainsi que des pièces et équipements destinés à ces véhicules avec les prescriptions prévues par la réglementation nationale et européenne.
Le domaine de vérification est en rapport avec la réglementation automobile :

Sont ainsi visés les catégories M, N, O, L et T (1) mais également les Engins Mobiles Non Routiers (EMNR), l’étiquetage des pneumatiques et les feux spéciaux.
Ce service est lui-même sous la surveillance de la commission européenne avec un rapport annuel synthétisant les résultats des contrôles et une communication au forum de la commission des actions réalisées.

Comment sont réalisés les contrôles ?
Ce service se basera sur l’évaluation des risques, les plaintes étayées, ou sur tout autre information susceptible d’identifier un problème de conformité.
Ce service peut ainsi réaliser ou faire réaliser des contrôles documentaires, des prélèvements, des tests, des analyses, des contrôles physiques, des essais en laboratoire et des essais sur route.
On notera que les tests concernant les émissions des moteurs de véhicules doivent représenter 20% des essais, une disposition qui rappelle que le Diesel Gate a modifié considérablement l’approche des pouvoirs publics vis-à-vis de la filière automobile.
Le code de la route intègre désormais un chapitre spécifique à la surveillance du marché décrivant ainsi les habilitations, les organismes désignés aux contrôles de conformité, les modalités de prélèvements des échantillons, et les sanctions consécutives aux contrôles de conformité.
Les sanctions suite à la non-conformité sont variables et peuvent se présenter sous différentes mesures : L’avertissement, la mise en conformité, le rappel des produits, la suspension de mise sur le marché, le retrait des produits, l’interdiction de mise à disposition sur le marché ou la destruction des produits présentant un risque font partie des mesures possibles, avec en cas de manquement avéré une amende administrative plafonné à 1 millions d’euros.
Le non-respect des délais pour les mesures demandées par le SSMVM est passible dans un second temps d’une amende d’un montant maximum de 100 000 € associée à une astreinte journalière.

L’arrivée de ce service et la mise en oeuvre de ses pouvoirs : Une officialisation attendue par la profession

La FFC CONSTRUCTEURS se félicite de l’arrivée du service de surveillance du marché qui va permettre, dans l’intérêt de ses adhérents, de contrôler les véhicules et produits vendus dans l’UE, d’harmoniser l’application des règles en relevant le niveau d’exigence et surtout de garantir la conformité des produits afin de ne pas porter atteinte à la santé, à la sécurité et à l’environnement.


"Poids-lourds et utilitaires électriques", le compte rendu du Webinar !

Retrouvez le compte-rendu du Webinar !

CARA, en partenariat avec les 3 autres pôles automobiles français – MOVEOID4CARPÔLE VÉHICULE DU FUTUR – et sous l’égide de la PFA Filière Automobile et Mobilités, a proposé un webinaire sur le sujet du Véhicule Industriel électrique.

A cette occasion, a été présenté le livre blanc  « L’électricité pour la filière des véhicules industriels et urbains » à l’initiative de la PFA, et confié en accord avec le Comité d’Orientation de la Filière Industrielle du Transport (COFIT) à la Fédération Française de la Carrosserie (FFC) et réalisé en partenariat avec l’AVERE France et l’ Union Routière de France (URF).

A voir ou revoir ici