Loi Sapin 2 : l’UPA envoie des kits d’artisans aux ministres pour les aider à se reconvertir en 2017

Ulcérée par l’article du projet de loi Sapin 2 supprimant l’obligation de détenir une qualification professionnelle pour exercer certains métiers de l’artisanat, l’Union des professionnels de l’artisanat (UPA) a envoyé aux ministres des kits d’artisans pour leur reconversion.

 

Pour “confronter les ministres à l’absurdité” de leur projet de supprimer l’obligation de détenir une qualification professionnelle pour exercer certains métiers de l’artisanat, l’UPA a lancé une opération de communication assez cocasse. 
Elle a envoyé des “kits personnalisés” au chef du gouvernement Manuel Valls et à cinq autres ministres contenant les outils nécessaires à leur reconversion dans un métier de l’artisanat après les élections de 2017. Manuel Valls a ainsi reçu de quoi devenir plâtrier, Michel Sapin boulanger,Emmanuel Macron esthéticien, Myriam El Khomri mécanicienne, Najat Vallaud Belkacem bouchère et Ségolène Royal électricienne. “S’il est si facile de devenir artisan, un simple kit “Ma Box Loi Sapin” devrait leur suffire !”, ironise l’UPA.
Mais si l’organisation a choisi l’humour pour sensibiliser le gouvernement, elle rit jaune face à l’article 43 du projet de loi Sapin 2. Cet article de la loi “relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique”, propose de “favoriser la création et le développement des activités en adaptant les exigences en matière de qualification professionnelle applicables pour l’exercice de certaines activités artisanales“. Il prévoit donc de limiter l’obligation de détenir une qualification professionnelle à quelques rares métiers selon les risques qu’ils représentent. Le métier de la mécanique par exemple ne serait alors plus soumis à cette obligation de qualification.  
Pour Jean-Pierre Crouzet, président de l’UPA, ce projet “prépare une dévalorisation de nos métiers, une dépréciation de la qualité des produits et des services et la perte des savoir-faire artisanaux qui font la renommée de notre pays à l’international“.
Cette loi sera débattue du 6 au 9 juin à l’Assemblée nationale et pour le moment, aucun ministre ne s’est manifesté auprès de l’UPA.