GRUAU dévoile son électron II au SITL

Quatre ans après l’introduction de son premier Electron, le constructeur-carrossier mayennais présente cette semaine la deuxième génération de son VUL, armé d’une nouvelle chaîne de traction.

Le groupe Gruau a choisi le SITL pour lancer officiellement la deuxième génération de son Electron, qui rentrera en production en septembre. Conçu sur la base du nouveau Fiat Ducato, introduit l’an passé, le véhicule de 3,5t se caractérise par une nouvelle chaîne de traction, développée en collaboration entre les sociétés Gruau et Actia Automotive. “En 2015, nous confortons notre implication dans le transport propre avec cette chaîne de traction électrique qui illustre une plus grande maîtrise dans le domaine : nous aurons investi plus de 6,5 millions sur quatre ans, en R&D et en ressources humaines, intégré de nouveaux métiers au sein des équipes, travaillé avec de nouveaux partenaires“, détaille Patrick Gruau, président du groupe éponyme.

Proposé en trois longueurs et trois hauteurs, l’Electron II est décliné en trois silhouettes (tôlé, châssis-cabine, plancher-cabine) afin de répondre à un maximum de secteurs d’activité (BTP, isotherme, TPMR, Messagerie, ambulance…). “Nous lançons le véhicule sur la base du Fiat Ducato au démarrage, mais nous espérons susciter l’envie chez d’autres acteurs“, souligne Patrick Gruau.

Assemblé sur les chaînes de montage de Laval, le véhicule se distingue par son architecture souple, qui permet d’intégrer de trois à cinq batteries, et ainsi de proposer trois niveaux de capacité allant de 40 à 60kWh sous 400Volts, afin de répondre aux besoins des utilisateurs. “Les professionnels de la messagerie opteront pour le niveau de capacité maximal tandis que trois batteries suffiront pour répondre aux services de voirie. Il est encore un peu prématuré pour déterminer la configuration qui sera la plus plébiscitée“, indique Patrick Gruau. Cette deuxième génération, qui intègre de nouveaux outils télématiques et fonctionnalités, est facturée 80000€ pour sa version de base.

Depuis 2011, et l’introduction du premier modèle, 120 unités Electron ont investi les flottes des loueurs et des sociétés françaises, soit dans le cadre d’achats directs, via un mode de distribution traditionnel (exemple de Petit Forestier), soit via un loueur longue durée (Geodis via Fraikin). “Nous devons d’abord faire nos preuves en France avec ce véhicule. Toutefois, les problématiques qui préoccupent la France concernent également d’autres pays. Par conséquent, d’ici un an, nous entamerons la commercialisation de l’Electron de l’autre côté des frontières“, conclut Patrick Gruau.