FFC
Français
English

Mathieu Perin, peintre olympique !

09 Avril 2018

Les épreuves régionales des WorldSkills 2018 viennent de s'achever, consacrant un apprenti du CFA de la FFC. Au-delà de la performance, qui ouvre à Mathieu Perin les portes de la finale nationale, il s'agit ici pour nous de faire connaissance avec un jeune en devenir, fier de son métier qui a foi en son avenir.

C'est un jeune homme de 21 ans, humble mais pas timide, fier de sa réussite sans pour autant pavoiser, qui nous bluffe par sa maturité, et nous invite une fois de plus à considérer les bienfaits de l'apprentissage, en balayant les idées reçues.

Mathieu Perin est une heureuse découverte pour la filière automobile, qui gagne à compter dans ses rangs un jeune aussi motivé et doué. Mais un petit retour en arrière s'impose.

Nous sommes en 2011, à Ermont (95), Mathieu est en 4ème, et, comme il le reconnaît aujourd'hui, son niveau scolaire laisse à désirer, il "n'est pas passionné", pour employer un doux euphémisme… Toutefois, comme il n'est pas homme à se laisser vivre, il chercher déjà à se réorienter. Son collège lui propose alors de trouver un stage, afin de trouver sa voie. Près de son domicile, un agent Citroën exploite une carrosserie. Mathieu passionné d'automobile et de deux roues, pousse la porte et décroche son premier stage de découverte en carrosserie, pendant une semaine. Un déclic s'opère, il quitte le cursus général, intègre une troisième professionnelle au Garac, nommée DIMA (Dispositif d'initiation aux métiers en alternance), durant laquelle il va pouvoir toucher du doigts les différentes disciplines des services à l'Automobile, chez l'Agent Citroën où il avait effectué son premier stage. Il n'est pas encore un véritable apprenti, n'a que 15 ans et demi, mais c'est bien la carrosserie qui continue d'attirer le jeune homme. "La mécanique est un métier très noble, mais quand on ferme le capot, le travail est plus difficile à mettre en valeur. Je préfère, pour ma part, l'idée de recevoir un véhicule endommagé, de faire la carrosserie, puis le peindre et lui redonner son aspect initial," reconnaît-il.

A l'issue de cette année enrichissante, Mathieu poursuit sur sa lancée, avec un CAP de carrosserie en deux ans, toujours au Garac, mais chez un autre maître d'apprentissage, la concession Volkswagen Fairplay de Levallois-Perret. Il enchaîne avec le CAP Peinture en un an, en changeant de nouveau de garage, les multiples expériences et environnements favorisant le développement et la culture d'entreprise. C'est donc chez BG Automobiles, carrosserie multimarque à Ermont, qu'il va peaufiner le geste du peintre et approfondir ses connaissances. Et malgré ses deux CAP en poche, nous vous le disions, Mathieu Perin n'est pas du genre à s'endormir sur ses lauriers ! Il veut décrocher son BAC pro, sauf que le cursus n'existe pas en alternance au Garac à l'époque. Il se tourne donc vers le CFA de la FFC qui lui ouvre grandes ses portes, pour passer son BAC en deux ans.

Des études aux olympiades

Le niveau technique de Mathieu a alerté ses formateurs, qui lui ont proposé de déposer sa candidature aux olympiades des métiers, devenues WorldSkills. Il a tout naturellement accepté, il faut dire qu'il n'en est pas à son coup d'essai. Il y a deux ans, le jeune apprenti a déjà pris part à la compétition, finissant à la quatrième place. Cette année, il avait donc à cœur de prendre sa revanche et "faire un peu mieux", comme il nous le déclare modestement.  

Il s'est donc retrouvé à l'AFORPA de Saint Maurice le vendredi 16 mars dernier, face à 11 autres apprentis émérites de la région parisienne, avec deux thèmes imposés, destinés à montrer leurs compétences. Un petit jeu auquel Mathieu Perin est sorti victorieux après une journée d'épreuves, qui lui ouvre les portes de la finale à Caen, en décembre prochain.

Les épreuves se déroulent en deux temps. La première partie, technique, consiste à réaliser un raccord noyé le plus proprement possible sur une aile. Il faut se montrer capable de maitriser l'application de la base, du vernis et bien sûr la finition (lustrage).

Dans un second temps, on propose un motif au candidat, qu'il doit reproduire sur un capot. Mais il faut respecter les teintes données, le calibrage parfait du motif, son format, son positionnement sur le capot…

Chaque apprenti part avec un capital de 100 points, auquel le jury d'une dizaine de personnes, les formateurs des CFA participants, débattent et appliquent des pénalités en fonction de chaque petite erreur technique. Le capot de Mathieu s'étant révélé presque parfait, il repart avec la plus haute note, et est assuré de représenter la région parisienne lors de la finale en décembre prochain.

Et demain ?

De l'avis des formateurs de Mathieu, le jeune apprenti du CFA de la FFC, a toutes ses chances en décembre prochain. Et il est certain que, auréolé du titre de meilleur apprenti en peinture de France, Mathieu Perin ne devrait pas avoir de souci à trouver un emploi.

Certes, le métier de peintre en carrosserie présente beaucoup de débouchés. Mais le titre des WorldSkills peut permettre de briguer une place dans un garage plus important ou une marque plus prestigieuse… Nous vous tiendrons bien entendu au courant des performances de Mathieu, que la FFC félicite une nouvelle fois pour ses compétences, qui portent hautes les couleurs du CFA et de la Fédération Française de Carrosserie.