FFC
Français
English

Le bilan VI de la CSIAM

15 Juin 2017

La Chambre syndicale internationale de l’automobile et du motocycle vient de présenter son traditionnel état des lieux du marché VI à fin mai 2017.

En présence des représentants du COFIT, du CCFA, de la FFC, et des constructeurs de Véhicules Industriels, de Bus et de Cars, Thierry Archambault, Président-Délégué de la CSIAM, et Jean-Marc Diss, Directeur Général de Mercedes-Benz Trucks France et Président de la Branche VI de la CSIAM, soulignent que les cinq premiers mois de l'année 2017 sont marqués par une progression (5.6 %) des immatriculations des Véhicules Industriels neufs de plus de 5 tonnes. Cette hausse recouvre des performances contrastées selon les segments de marché : celui des porteurs connait une forte croissance (+ 14.2%) alors que celui des tracteurs recule légèrement (0.9%), avec de très fortes fluctuations par rapport aux cinq premiers mois de 2016. Les résultats par constructeur ne s'inscrivent pas tous dans cette tendance. Ils rappellent que l’an dernier sur la même période, le marché était alors en hausse de plus de 18%, (porteurs et tracteurs) et que tous les constructeurs participaient aux mêmes tendances de marché. La part de marché des tracteurs se maintient à un niveau élevé (+ 53.9) mais recule de 3.5 points. Pour 2017, la filière maintient sa prévision d'un marché au niveau de celui de 2016 avec une distribution différente des immatriculations, liée aux signes de reprise des marchés de la construction et plus largement des travaux publics. Le micromarché des VUL lourds augmente de 14 %. L’activité Bus et Cars est orientée à la baisse avec un recul des immatriculations de 15.3% pour les bus et de 21.6 % pour les cars. Ces reculs font suite à plusieurs années de hausses consécutives. Ils sont le résultat de la fin des mises à niveau des parcs aux normes (ceinture et euro 6) et de la fin des effets de la loi Macron sur les ventes de cars auquel s'ajoute l'attentisme né des élections présidentielles et législatives. L'année 2017 sera en volume inférieure à 2016 et devrait s'établir autour de 6 000 immatriculations bus et cars.