FFC
Français
English

Immatriculations au premier trimestre 2018, la France sort son épingle du jeu

27 Avril 2018

Malgré un mois de mars morose (-2,5% par rapport à mars 2017), le marché européen des véhicules commerciaux neufs (VUL et VI) poursuit sa croissance avec 622 439 véhicules immatriculés au premier trimestre soit +2,6% par rapport à la même période en 2017.

En mars, seule la France enregistre des résultats positifs parmi les cinq principaux marchés européens avec +7,7% comparé à mars 2017. L’Allemagne, en revanche, dégringole avec -7,6% et les immatriculations reculent également au Royaume-Uni (-5,9%), en Italie (-3,5%) et en Espagne (-1,9%).
En cumulé depuis le début de l’année, le marché espagnol affiche la plus forte croissance (+9,2%) puis suivent les marchés français (+6,2%), italien (+4,8%) et allemand (+0,4%) ; le marché anglo-saxon continuant de reculer (- 4,6%).

 

Les véhicules utilitaires légers 

Alors qu’en février l’ensemble des marchés majeurs de l’UE enregistraient de belles performances, en mars, seule la France voit ses immatriculations en VUL grimper (+8,2%). L’Allemagne (-6,7%), le Royaume-Uni (-5,6%), l’Italie (-4,7%) et l’Espagne (-2,1%) connaissent tous une baisse de leur activité par rapport à mars 2017. Ainsi, avec 220 835 véhicules utilitaires légers comptabilisés sur le mois, le marché européen enregistre un résultat inférieur à mars 2017 (-2,2%).

Toutefois, le premier trimestre 2018 s’achève avec 518 451 VUL immatriculés à travers l’UE – dont 22% en France — soit 2,8% de plus que l’an passé. L’Espagne (+9,3%), la France (+6,0%), l’Italie (+4,1%) et l’Allemagne (+2,3%) enregistrent de meilleurs résultats qu’au premier trimestre 2017 tandis que la demande diminue au Royaume-Uni (-3,7%).

 

Les véhicules industriels

A l’image de l’ensemble du marché, le segment du véhicule industriel connaît un ralentissement en mars (-3,0% par rapport à mars 2017) avec au total 36 208 unités immatriculées. Le marché français répond ici aussi présent avec une croissance de 5,6% alors que la demande diminue en Allemagne (-9,8%) et au Royaume-Uni (-5,0%). Pour l’Italie et l’Espagne, le marché est relativement stable par rapport à la même période en 2017 (respectivement +0,5% et -0,8%).

En cumulé depuis le début de l’année, le marché européen affiche une légère hausse des immatriculations sur le segment du VI (+2,2% par rapport à 2017) totalisant 94 328 nouveaux véhicules industriels. Les marchés français (+9,7%), italien (+8,0%) et espagnol (+5,6%) affichent une belle croissance alors que les immatriculations chutent au Royaume-Uni (-10,0%) et en Allemagne (-4,5%).

Source ACEA

EkB